FERMETURE DU FORUM

Partagez
 

 i know there's a special place in hell reserved just for me : it's called the throne.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
- reine des piques -
Rory Raynes

i know there's a special place in hell reserved just for me : it's called the throne. 133807clubrichou
i know there's a special place in hell reserved just for me : it's called the throne. Kd1p
i know there's a special place in hell reserved just for me : it's called the throne. Ciut
requiescat in pace:
 


i know there's a special place in hell reserved just for me : it's called the throne. TIoHt7ni_o
Messages : 495
Identité : cecefaiblesseabsolue
Avatar : elle fanning
Crédits : queen nox

Âge : nineteen endless fucking years old
Occupation : full time queen (of the underworld)
Côté coeur : addicted to the Night(mare)
Quartier : orange grove

i know there's a special place in hell reserved just for me : it's called the throne. Empty
MessageSujet: i know there's a special place in hell reserved just for me : it's called the throne.   i know there's a special place in hell reserved just for me : it's called the throne. EmptySam 7 Juil - 12:30


rory raynes
(chaque nuit je m'entraîne à mourir, j'explore la cartographie de l'au-delà)
-- -- -- -- -- -- -- -- --
prénom et nom: aurora "princesse" raynes, nom bien connu des bas-fonds de night falls d'où papa s'est élevé, gouaille acérée et poings enragés. rory est la première génération à être née de l'autre côté des rails, la première à jouir d'une fortune encore gorgée de pourpre. de l'argent sale, de rouille et d'os. elle le sait, comme tout le monde. mais ici, le monde se tait et elle les méprise du haut de sa tour d'ivoire que rien ni personne n'atteindra jamais. âge et date de naissance: dix-neuf ans encore pour une poignée de mois, jusqu'au crépuscule de l'été, pour la môme qui se raccroche à sa dizaine à s'en arracher les phalanges. éternelle peter pan, obnubilée par une immortelle adolescence languide, elle est craintive à l'idée de grandir, de vieillir, de trouver sa place dans un monde qu'elle déteste et qui lui semble sans saveur. du haut de son insolente jeunesse dorée, elle s'ennuie, lasse et privée d'ambitions, tantôt furie, tantôt nymphe. observatrice à la lucidité acérée, rory contemple le monde partir à vau-l'eau sans participer tout à fait à cette grande mascarade : elle sait depuis bien longtemps, avec une fatalité excessive de gamine, que la vie l'indiffère un peu. ne la comblera jamais. que tout est éphémère et que rien ne sert de construire, quand on est programmée depuis la naissance pour la destruction. lieu de naissance, origines: ici même, à orange cove, le quartier préservé de la misère, là où les immeubles et les gens brillent de la même aura fastueuse. pù les apparences sont reines et les faux-semblants une deuxième langue nécessaire. petite princesse des beaux quartiers, rory a construit son royaume au gré de ses éphémérides, ses caprices grandiloquents. rien d'étonnant à ce qu'il soit branlant et craquelé, chaque jour plus proche de la chute parce que rien ne lui va jamais à aurora, rien n'est assez, rien ne suffit, rien ne la retient à la vie qu'elle dévore jusqu'à s'en écoeurer et la gerber sur le macadam, rien ne comble ce vide immense en elle qui avale tout espoir et rémission. rien. pas même les queues, les corps, pas même nox qui l'emplit pourtant de tout et surtout de sombre et de sale. mais elle se plaît en princesse des ombres, rory, à régner sur un palais d'argile où elle déploie ses charmes de sirène et tait tout ce qui tressaute et se fendille à l'intérieur. elle est jolie sa façade, colorée, explosive, elle est sourires gourmands et soupirs sensuels, loin des fondations friables, pourries jusqu'à la moelle. occupation: rien de rien, l'errance personnifiée. rory aurait pu tout faire petite reine du lycée aux poches gonflées d'oseille et aux notes filant jusqu'au firmament. elle aurait pu, oui, mais elle a décidé ce qu'elle souhaitait être pour toute sa vie : rien, une désincarnation. maman s'est inquiétée et elle a prétexté s'offrir un an, juste an, pour trouver sa voie, voyager, apprendre. maman et sa candeur usée par la vie y ont cru. papa n'a pas désapprouvé, lui qui discerne parfois les ombres qu'elle cache. tout pour rendre le sourire à sa jolie môme, sans doute. il lui a dit qu'elle pourrait travailler pour lui, quand elle le souhaiterait et rory a hoché vaguement la tête. d'accord. d'accord, ça ne veut absolument rien dire et pourtant, ça lui dirait plutôt bien à la môme. soulever le vernis des apparences, gratter la surface jusqu'à s'en arracher les ongles s'il le faut et se noyer dans le plomb pourpre des 'affaires' de papa. en attendant, elle hante les rues des mauvais quartiers et se gorge de la misère, de la haine, de la violence, elle souffre de nox, dans l'absence, dans le manque, dans son souffle venimeux et ses mots couteaux. et puis elle dévore des bouquins sur l'existentialisme, le nihilisme et cherche des réponses à ce qui trotte constamment dans sa tête macabre, morbide. statut, orientation sexuelle: nunc scio, quid sit amor, maintenant je sais ce qu'est l'amour. elle est (é)prise à son propre jeu, rory, qui a laissé son coeur glisser jusqu'à ses paumes. comment aurait-il pu en être autrement ? il est la nuit éternelle, referme les enfers dans ses entrailles et ses phalanges magiciennes ont le toucher létal. nox, il a été fait pour elle, elle en est convaincue rory. un roi macabre pour une reine sinistre et l'envie de plonger toujours plus bas jusqu'à atteindre le point de non-retour. rory qui jouait de ses charmes, allumeuse de cour d'école, a cru trouver plus que des chiens entre ses reins, un égal, une âme soeur, quelqu'un capable de lire en elle, à travers elle, de comprendre, de ne pas juger. rory elle a été terriblement distante, glaciale, jaugeant de loin ce que ça pourrait être, lui et elle, cette fusion des esprits plus que des corps que tous souhaitaient. c'est nox qui a été patient, attentionné, proche jusqu'à en crever, réduisant à néant toutes ses défenses. et rory l'a laissé pénétrer sur ses terres désolées et décadentes, l'a laissé approcher de son trou noir en caressant sa peau, jusqu'à plonger en apnée dans ses abysses et ne plus jamais en revenir. nox elle l'aime souvent, le hait parfois avec la même force, rêve de saisir son palpitant noir de suie entre ses phalanges délicates pour mieux l'écraser, mais elle est incapable de s'en détacher. intoxiquée jusqu'à l'âme, elle déteste sa distance, sa froideur, lui qui ose combattre avec des armes qui sont siennes. mais rory, elle réalise que sa prise sur lui se fait chaque jour plus évanescente et plus elle se sent fantôme dans son existence, plus elle devient terriblement humaine, elle qui l'est si peu, cherche à se faire du mal non pas pour nourrir sa souffrance originelle, mais pour le faire souffrir, lui. perséphone soumise au dieu des enfers, aurora prétend qu'elle détient encore le contrôle, que ça lui va, cette relation en demi-teinte, moins pourpre et plus fade. alors elle s'enfonce pour lui, avec lui, toujours plus loin dans l'obscurité et parfois, elle prie pour qu'il meurt nox. parce que bordel, elle le chérirait, c'est promis, avec une dévotion renouvelée. parce que tout est préférable à ses absences répétées, sa négligence doucereuse, sa cruauté qui l'esquinte là où elle n'aurait jamais cru ça possible : à l'intérieur.

traits de caractère: l'appel du vide comme mantra. comportement destructeur, môme ravie de tanguer sur le fil des parques et de cramer sa vie par les deux bouts. attirée par tout ce qui fait mal, le pourpre qui s'écoule et la mort qui frappe n'importe où. fragile comme une bombe, calme comme un ouragan, elle est impulsive, borderline, capable du meilleur comme du pire, mais c'est souvent dans le pire qu'elle excelle. rory a besoin de se sentir vivante, elle a besoin de donner, de tout donner et de recevoir autant, de s'ouvrir la poitrine et de s'offrir aux quatre vents. môme capricieuse en quête d'attention, adulte lucide et mélancolique qui croit tout savoir de la vie, de la mort, de la fin et de ce terrible sentiment d’extériorité maladive. à sa place nulle part mais chez elle partout, aurora est à la fois triste et en colère, insatisfaite, excessive et pourtant facile. rory c'est une affamée, avide de l'essence même de l'existence qu'elle n'a jamais trouvée alors en attendant d'en crever, toujours plus proche de la fin, c'est un joli mirage, le masque idéal des apparences préservées. petite fille à papa qui ferme les yeux sur les pratiques que tous connaissent, qui minaude et sait faire oublier d'un battement de cil qu'elle déraille à plein tube lorsqu'elle ne se la joue pas princesse des glaces.


liens (inscrits une fois qu'il y a un rp) -

@nox lacroix l'amour pétrole.
@niki moon l'amitié poison.
@mila rojas l'amitié épineuse.
@azur monroe l'ange aux ailes plombées.
@tim madder l'essence et l'allumette.
@salem lovecraft l'appel du vide.



rps en cours -

clandestins feat azur
iron graves feat tim
arsenic feat nox
gold teeth and a curse for this town feat mila et niki
oceans exploding feat salem

rps abandonnés (bouh les déserteurs) -

no promises
somewhere only we know
heroine
keep you safe

wanted -

je recherche : je m'y atèle très vite pour éditer, mais globalement, je suis toujours à la recherche de viande fraîche liens, surtout quand ils sont à teneur conflictuelle/négative, et bien toxiques comme on les aime.

_________________

s'unissent les venins et nous ne faisons qu'un. vérités du sacré, tu me donnes la clef. rien que toi, rien que moi, faits de fièvre et d'ennui. dans la suie on se noie, assoiffés d'interdits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souslesetoiles.forumactif.com/t1228-eyelashes-longer-than http://souslesetoiles.forumactif.com/t1681-i-know-there-s-a-special-place-in-hell-reserved-just-for-me-it-s-called-the-throne
 
i know there's a special place in hell reserved just for me : it's called the throne.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sous les étoiles. :: UN MILLION DE CONSTELLATIONS :: divagations du coeur :: Liens-
Sauter vers: