les rps libres
ajouter.
-- -- -- -- -- -- -- -- --
plus de rp libre pour l'instant, vous gérez !

Partagez | 
 

 reed ) the angry river.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar


sometimes i think i'm just not good for people, that it's not good for them to be around me. i wear 'em down. they ... they get unhappy.


Messages : 324
Multicomptes : Sinéad.
Identité : tête de bœuf.
Avatar : Colin Farrell.
Crédits : hedgekey.

Âge : quarante-cinq ans.
Occupation : gardien de prison, maton pour les intimes.
Côté coeur : divorcé, foutu à la porte pour absence chronique.

MessageSujet: reed ) the angry river.   Mar 24 Juil - 4:41


ASHES TO ASHES.
Brouillard insupportable. Ryker accoudé au bar à s'enfiler les verres comme si c'était de la grenadine. Il capte sans mal les regards sur lui, ceux qui l'ont connu avant qu'il ne tombe de son trône, que la vie s'acharne sur ses lourdes épaules pour l'empêcher d'avancer sans avoir envie de s'en coller une dans le crâne. S'il va plus aux autres bars c'est qu'il s'est déjà foutu sur la gueule avec le premier type qui le regardait un peu trop et que plus personne ne le veut dans son établissement. Au bout de quelques verres il a plus de filtre, encore moins celui du flic qu'il était jusqu'à peu. Dans sa tête trotte le regard des détenus qu'il ne supporte plus, qu'il pourrait massacrer à la seule puissance de ses doigts et qu'il s'efforce de respecter alors que la bile lui monte sans cesse à la gueule. Le regard noir, cela suffit pour calmer les intentions des autres. Ecartelé par ses remords, Diaz attrape son téléphone, hésite face au prénom de son ex femme. Il pourrait l'appeler, la supplier de le reprendre puis finalement l'insulter, la traiter de tous les noms comme il en rêve depuis des années. Il l'imagine, le nez dans sa paperasse à chercher une gosse qui ne reviendra jamais et la colère le bouffe un peu plus, s'enfonce dans ses tripes comme un animal sur qui on vient de tirer, comme un poisson avec un hameçon coincé dans le gosier et qui sent ses organes s'arracher en lui. Horreur.

Le brun se saisit de ses clés, descend de son tabouret. Le monde tel qu'il l'avait laissé avant de s'asseoir n'est plus le même ; il le fait tourner sûr lui-même, fait marcher les tables qui se mettent sur son chemin pour l'empêcher de passer. Son épaule en bouscule une autre alors qu'il atteint afin le trottoir du Lion. L'envie de pisser lui monte à la gorge lorsqu'il descend mollement sa braguette pour pisser sur cette bécane garée là. Sa tête part légèrement en arrière, soulagé de sa vessie qui se vide de toute son énergie tandis que des regards se posent sur lui. Ryker sent qu'il est sur le point de merder et qu'il n'a pas les armes suffisantes pour lutter. Ses yeux assassinent le premier sur qui il tombe. Quoi ? Tu veux me la tenir ? Il doit certainement s'en foutre sur les chaussures, incapable de faire gaffe à ce qu'il fait. Le maton prend une longue inspiration pour tenter de se calmer mais ses nerfs sont à vif, il soutient encore le regard de ces connards qui n'osent rien lui dire parce qu'ils savent de quoi il est capable. Il ne se rend même pas compte qu'il fout tout le monde mal à l'aise et se ridiculise comme un pauvre con qu'il peut être. Quelqu'un a un commentaire à ajouter ? Ryker écarte les bras, les tend vers l'avant pour montrer qu'il est là, qu'il existe, qu'il les emmerde royalement dans toute sa déchéance catastrophique. Sa voiture garée à quelques pas, une fois son numéro terminé, il rentrera sans se soucier de mettre tout le monde en danger. Égoïste notoire qui a perdu l'envie de penser aux autres.

_________________
Les souvenirs, c'est ça la réalité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


et aussi:
 


S T O P ░ S A Y I N G ░ O K



--------► MOOD BOARD ◄--------


« UN FLIC, C'EST JAMAIS QU'UN
VOYOU QU'A RATÉ SA VOCATION.

Messages : 1093
Identité : Blaz
Avatar : Joel Kinnaman
Crédits : Mashed Wood . AltgeneTBLR . pint . gif : tête de boeuf

Âge : 38 ans, 15 ans de service.
Occupation : Inspecteur de police à la baffe facile et à la main lourde. Perquisitionne sans mandats, tire sans sommation, tue si nécessaire.
Côté coeur : Bon tireur.
Quartier : Harbor Springs (port), squatteur d'un bateau qui ne lui appartient pas.

MessageSujet: Re: reed ) the angry river.   Mar 24 Juil - 16:08

the angry river
@Ryker Diaz & Reed Taylor



2:00 AM


♬ ♬ ♬ ♬ ♬

C'est précisément pour ça que tu détestes être de patrouille ; pour ça aussi que tu ne bois pas. Te retrouver à intervenir sur la déchéance d'un pote tout en étant habillé en bleu, ça t'arrache la gueule autant que de te dire que ce con à encore une fois trop bu, comme c'était le cas lors de votre premier face à face. Tu t'en souviens comme si c'était hier : son rire gras et de ses cheveux décoiffés tandis qu'il te faisait signe d'approcher, de venir rigoler avec eux. T'avais foncé tête baissée, tu sais plus bien pourquoi. Les bons moments passés à leurs côtés ont occulté tout le reste et tu n'as jamais pris la peine de chercher à savoir pourquoi ils picolaient. Tous autant que lui. Ryker qui devait avoir plus de trucs à oublier que les autres, ce soir, pour ne pas attendre la prochaine beuverie annuelle. Ce mec, c'est quand même le seul enculé que tu laisserais pisser sur ta bécane comme tu l'as vu faire sur une putain de belle Harley avant de fendre la foule pour venir lui poser une main sur l'épaule.

- J'ajoute que t'es bourré comme un coin, Ryker Diaz. Le voix est basse, uniquement adressée à lui, ferme non pas parce que tu es un flic en fonction mais parce que tu viens de croiser ton pote en train de passer pour un con, la bite à l'air, devant toute la racaille du night falls nocturne. Même bourré, Diaz reste un homme de poigne. Tu te dois donc d'en faire preuve également pour réussir à le traîner jusqu'à la voiture de patrouille à l'intérieur de laquelle tu le forces à entrer, calme malgré la colère froide qui t'habite de le voir dans un état aussi déplorable. Les mecs bourrés, t'aime pas ça. Ton père est devenu un monstre avec l'alcool.Désolé pour la clé de bras. Sincère, tu t'allumes une clope, démarres la voiture et coupes de gyrophare pour t'éloigner du bar. Une fois l'émetteur débranché, tu te sais invisible aux yeux du commissariat. T'as pissé sur une bécane de collection, tu devrais avoir honte. Sourire en coin, la fin de ton sandwich que tu lui tends pour éponger l'alcool, en gage d'amitié, toi qui ne partages ta bouffe qu'avec les autres membres de ta meute. La meute du vendredi poker.

_________________

« - La vie c'est comme ça tout le temps ?
Ou c'est seulement quand on est petit ?
- ... C'est comme ça tout le temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souslesetoiles.forumactif.com/t1672-reed-taylor-bad-cop#3 http://souslesetoiles.forumactif.com/t1711-reed-taylor-mauvaise-pioche
avatar


sometimes i think i'm just not good for people, that it's not good for them to be around me. i wear 'em down. they ... they get unhappy.


Messages : 324
Multicomptes : Sinéad.
Identité : tête de bœuf.
Avatar : Colin Farrell.
Crédits : hedgekey.

Âge : quarante-cinq ans.
Occupation : gardien de prison, maton pour les intimes.
Côté coeur : divorcé, foutu à la porte pour absence chronique.

MessageSujet: Re: reed ) the angry river.   Mar 24 Juil - 17:52


ASHES TO ASHES.
La main sur son épaule, Diaz retourne brutalement le visage, prêt à dépasser des barrières pour taper sur la gueule du premier qui tente de le raisonner. Pourtant, et contre toutes attentes, le visage de Taylor le calme un peu. Un sourire un peu con se dessine sur ses lèvres. Hey, mec. D'abord content de le voir avant de se faire embarquer dans sa bagnole de flic comme il l'avait fait trop de fois avec des délinquants avant de perdre son boulot. Ryker se débat, jouant de ses gros bras pour tenter de se faire la belle et lui convaincre qu'il peut rentrer seul. Reed, quelques années plus jeunes et l'alcool dans le sang en moins le maîtrise bien vite pour l'asseoir de force sur son siège et lui arracher un soupir. Diaz se saisit malgré tout de son sandwich pour en prendre une bouchée et tirer la gueule. Qu'est-ce que j'en ai à foutre de leur bécane, tous des branleurs. Quand il est bourré, tous ceux qui ne sont pas ses proches sont seulement des pauvres connards qu'il méprise à voix haute. Son regard se pose sur la route alors qu'il se sent inévitablement nostalgique de se retrouver en bagnole avec un type qui lui rappelle ce qu'il était autrefois.

Le sandwich coincé entre les dents, Ryker redresse son bassin pour remonter sa braguette et retrouver un semblant de sa dignité. La bouche à nouveau libérée, il lâche un rire un peu plus calme que ses dernières paroles et se tourne vers Reed. Dire qu'on aurait pu être collègue. Qu'il balance, pas certain d'avoir un jour parlé de sa vie professionnelle devenue chaotique avec les années. Ce n'est qu'en sentant la nausée le prendre au fond des tripes que Diaz délaisse la  bouffe pour la rendre à Taylor. Il est dégueulasse ton sandwich, tu veux m'empoisonner ou quoi. Ryker s'essuie la bouche, plus con que la moyenne lorsqu'il a bu, le brun devient une véritable mine à conneries sur patte. A l'aise, il recule son siège brutalement pour enlever sa chaussure et faire la grimace. Et merde, j'me les suis arrosée. En plus de la bière renversée, l'odeur d'urine est évidente ce pour quoi il ouvre la fenêtre côté passager pour aérer l'atmosphère qu'il est en train d'asphyxier par ses relents de viande saoule. Heureusement qu'en plus des soirées poker, sa meute à lui est aussi un pilier de sa vie qui l'aide à ne pas s'écrouler totalement lorsqu'il est ivre mort comme ce soir. D'habitude, c'est un autre qui le ramasse, espérons seulement que Taylor survive à la tornade Diaz.

_________________
Les souvenirs, c'est ça la réalité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


et aussi:
 


S T O P ░ S A Y I N G ░ O K



--------► MOOD BOARD ◄--------


« UN FLIC, C'EST JAMAIS QU'UN
VOYOU QU'A RATÉ SA VOCATION.

Messages : 1093
Identité : Blaz
Avatar : Joel Kinnaman
Crédits : Mashed Wood . AltgeneTBLR . pint . gif : tête de boeuf

Âge : 38 ans, 15 ans de service.
Occupation : Inspecteur de police à la baffe facile et à la main lourde. Perquisitionne sans mandats, tire sans sommation, tue si nécessaire.
Côté coeur : Bon tireur.
Quartier : Harbor Springs (port), squatteur d'un bateau qui ne lui appartient pas.

MessageSujet: Re: reed ) the angry river.   Mer 25 Juil - 12:30

the angry river
@Ryker Diaz & Reed Taylor


Son " tous des branleurs " t'arrache un autre sourire tandis que ton regard ne quitte pas la route, fais la navette entre le pare-brise et le rétroviseur. Aucun con ne vous suit, c'est déjà ça de pris. Tu les connais, les mecs de night falls : ça peut pas s'empêcher de venir asticoter les poulets, quand bien même il y a dans la barquette les deux nuggets les moins digestes de toute la ville. Sans véritablement le connaître, tu sais que Diaz est fait du même bois que toi. A lui non plus personne n'ose rien dire quand il dérape ; ce qui fait partie des raisons pour lesquelles intervenir était pour toi comme une obligation. Ça commence par un " tu veux me la tenir " et ça finit au poste, le nez en sang de s'être battu avec tout ceux qui n'attendent que ça dans ce quartier pourri. Pas sûr qu'il ait besoin de se réveiller avec une gueule cassée en plus de la gueule de bois qui l'accompagnera demain.

- Co-équipiers ? Tu récupères ton sandwich, pas vexé qu'il n'en veuille pas, te disant basiquement que cela en fera plus pour toi. Un grand gaillard dans ton genre ça bouffe du matin au soir sans jamais fatiguer son estomac. Le dernier en date a pas tenu 10 jours ... Coup d’œil à ses godasses pleine de pisse avant de jeter ta cendre par la fenêtre de la portière que tu ouvres grands afin de faire circuler les odeurs. Il n'y a qu'un insigne qui te sépare de Ryker ; une plaque qui ne veut rien dire, quand on y pense. Aussi boudé l'un que l'autre par la populace, ton job d'inspecteur ne te fait pas te sentir meilleur que lui lorsqu'il souligne d'un conditionnel le fait que vous auriez pu vous rencontrer ailleurs qu'à la pêche. Maton, voilà ce qu'il est devenu et ça tout le monde le sait. Autour de la table, le vendredi soir, tu te demandes parfois comment il le vit tout en étant persuadé que tu ne parviendrais pas à rester calme de voir des montagnes de fils de pute incarcérés là où leur place serait au cimetière. Sans parler de l'ambiance. Ceux qui le pointent du doigt en contre-exemple de réussite professionnelle ont-ils seulement pensé au monde dans lequel il bosse ? Taper sur la gueule de mecs ayant la haine d'avoir été mis là par lui, c'est pas le genre de destin que tu lui envies ; ça forcerait presque l'admiration. ... mais faut reconnaître qu'il était pas aussi déter' que toi. Référence à la trace de ses gros doigts imprimée en rouge vif sur tes avant bras, là où il a essayé de te secouer pour échapper à ta clé de bras. Affaire classée, tu ne lui en tiens pas rigueur et hausses les épaules. C'est comme ça que se comportent les potes, dans le conflit et l'affection, savant mélange de " tu fais ce que tu veux " et de " arrête de faire ça, idiot ".

Au feu rouge, tu profites d'avoir les mains libres pour relancer la radio. Ecouter du bon son durant les patrouilles est un moyen comme un autre de passer le temps. Beaucoup de tes musiques s'inspirent d'ailleurs de vos soirées poker et de tes virées à la chasse. La pêche, on n'en parle pas ; tu es aussi doué avec une canne qu'avec une casserole et tout ce que t'inspire ce sport comme morceau est le générique de Benny Hill. T'es vraiment pas fait pour ça. Tu truc à toi c'est d'attraper le gibier, pas de le cuire ou d'attendre qu'il vienne te manger dans la main. Alors ? Je te propose pas un verre ... Regard en direction de ses fringues qui sentent la bière. Mais je connais des filles qui se laisseraient en payer un. Perche tendue vers ton alcool à toi. Quand ça va pas, y'à rien de plus réconfortant que les bras d'une femme.

_________________

« - La vie c'est comme ça tout le temps ?
Ou c'est seulement quand on est petit ?
- ... C'est comme ça tout le temps.


Dernière édition par Reed Taylor le Jeu 26 Juil - 7:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souslesetoiles.forumactif.com/t1672-reed-taylor-bad-cop#3 http://souslesetoiles.forumactif.com/t1711-reed-taylor-mauvaise-pioche
avatar


sometimes i think i'm just not good for people, that it's not good for them to be around me. i wear 'em down. they ... they get unhappy.


Messages : 324
Multicomptes : Sinéad.
Identité : tête de bœuf.
Avatar : Colin Farrell.
Crédits : hedgekey.

Âge : quarante-cinq ans.
Occupation : gardien de prison, maton pour les intimes.
Côté coeur : divorcé, foutu à la porte pour absence chronique.

MessageSujet: Re: reed ) the angry river.   Mer 25 Juil - 18:43


ASHES TO ASHES.
Bien évidemment que Ryker est un pauvre con un brin macho, un peu comme le reste des gars de la meute. Tous se ressemblent, avec leurs nuances propres à chacun. Ce soir alors qu'il est saoul, ses contrastes à lui sont plus évidents. Il connait sa position au sein du groupe, sa capacité à être ramassé par les autres totalement ivre un peu trop souvent sans que personne n'ose jamais lui dire qu'il abuse. Il n'y a que son ex femme pour lui mettre son nez dans sa merde, lui faire comprendre qu'il est en train de perdre les pédales. Lorsque Reed lui parle des autres, de son ancien boulot, Ryker ne peut s'empêcher de ressentir toute cette amertume au fond de la gorge. Il hausse les épaules, lâche une grimace et se tourne vers lui. Ce sont tous des pourris. Les types du commissariat. Il lâche un soupir, dépité face aux souvenirs qui remontent, à cette trahison qui a fait de lui un gardien de prison sous payé. Ils te font de grands discours sur la fraternité et toutes ces conneries. Diaz sent qu'il est en train de perdre des filtres. L'abcès, il est en train de le vider calmement, lentement, l'odeur est nauséabonde mais il sait qu'au bout du compte, cela lui fera peut-être du bien. Ses mots sont amers, chargés d'un passé qu'il partage avec Reed sans en poser les détails. Taylor doit être suffisamment clean pour comprendre que la version du vieux Ryker est la sienne, déformée par sa rancoeur et qu'il faudrait alors tout un jugement pour débattre où était la bonne décision. Mais dés que tu fais un truc en dehors des clous, que t'as une faiblesse ma parole ... Sa voix se brise alors qu'il redresse la main, claque des doigts dans le vide. Ils te plantent un couteau dans le dos. Tu peux faire confiance en personne une fois que tu portes l'uniforme. Il se souvient encore de son supérieur le renvoyant aimablement parce qu'il ne savait plus s'arrêter, que le brun était devenu trop accro au boulot pour pouvoir faire les choses correctement. Il était devenu un danger pour les autres mais surtout pour lui-même. Peut-être qu'il aurait viré fou si on ne l'avait pas foutu à la porte. Pourtant, il avait vécu ce sauvetage comme un affront à sa capacité à se préserver de toute la merde dans laquelle il plonge depuis toujours. Etre flic, ce n'est pas seulement arrêter le petit dealer du coin, c'est aussi se perdre au coeur de la crasse humaine, soulever des croûtes qui laissent sortir des microbes que l'on ne peut éradiquer.

L'idée des femmes lui fait lâcher un souffle de rire alors qu'il agrippe sa main à la poignée au dessus de sa tête. Son regard sur la route, les lumières éclairent ses pupilles dilatées par la fatigue physique et psychique. Des mois que Ryker coule sans savoir s'il saura un jour retrouver la lumière, sentir l'oxygène fondre dans ses poumons pour le réanimer. Le visage sombre, il sait qu'accepter de voir des femmes sera une nouvelle humiliation qu'il ne supporterait pas de voir s'ébruiter sur les trottoirs de la ville. C'est à cause de cela qu'il se joue cynique et désabusé. L'ivresse délie sa langue, le pousse à cracher une part de son fardeau dés qu'il le peut. Sobre, Diaz est une tombe. Ce qu'il faut savoir, c'est que les tombes sont aussi faîtes de matière. Le soleil les réchauffe, le temps les délabre. Ryker est une fissure dans le marbre. Les femmes ? T'as jamais été marié, je me trompe ? Il lui adresse un regard, sans jugement, question balancé dans l'illusion de ne pas plonger dans un de ses nombreux monologues d'ivrogne. Tu devrais faire gaffe, elles te boufferont jusqu'à l'os. La sienne a broyé ses os, a foutu sa fierté aux chiottes, brisé ses remords, détruit ce qui faisait de lui un homme calme et réfléchit. Ces créatures là, il n'en laissera plus une entrer dans sa vie, encore trop entichée de celle qui l'a brisé pour accepter d'en découvrir d'autres qu'il soupçonne aussi toxique dans le fond.

Sa main se pose sur l'épaule de Reed pour la presser délicatement, l'opposé des gestes qu'il a eu en entrant dans cette bagnole de force. Ramène-moi chez moi, s'il te plaît. Qu'il demande, toujours sapé de sa politesse même dans son ivresse. Son appartement merdique de type célibataire se laisse aller au cœur de night falls. Tout n'est qu'une déchéance dans sa vie, jusqu'à l'endroit où il dort chaque nuit dans ses cauchemars plus noirs que l'absence qu'a causé sa fille.

_________________
Les souvenirs, c'est ça la réalité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


et aussi:
 


S T O P ░ S A Y I N G ░ O K



--------► MOOD BOARD ◄--------


« UN FLIC, C'EST JAMAIS QU'UN
VOYOU QU'A RATÉ SA VOCATION.

Messages : 1093
Identité : Blaz
Avatar : Joel Kinnaman
Crédits : Mashed Wood . AltgeneTBLR . pint . gif : tête de boeuf

Âge : 38 ans, 15 ans de service.
Occupation : Inspecteur de police à la baffe facile et à la main lourde. Perquisitionne sans mandats, tire sans sommation, tue si nécessaire.
Côté coeur : Bon tireur.
Quartier : Harbor Springs (port), squatteur d'un bateau qui ne lui appartient pas.

MessageSujet: Re: reed ) the angry river.   Jeu 26 Juil - 17:56

the angry river
@Ryker Diaz & Reed Taylor


Diaz est bourré, c'est une certitude. Tu sais ce que c'est qu'un ivrogne qui divague, t'en as subi un pendant deux ans avant de lui tirer une balle. Pourtant, lorsqu'il crache sa rancœur entre deux relents de bière, tu ne peux t'empêcher de ciller, perturbé par le fait qu'il ne défende pas l'insigne. Tu connais peu de collègues voyant la police comme tu la vois. Pas forcément comme un terrain de chasse géant, mais comme une arnaque de l'éthique. Tu en as fait les frais avec Swan. Le couteau dans le dos, elle est en train de te le retourner depuis son arrivée à Crescent.

Son amertume parle à la tienne qui pourtant ne se verbalise pas, écoute et approuve sans se manifester car cette trahison professionnelle n'est pas assez importante à tes yeux pour la livrer à un pote bourré qui broie du noir. Parler de tes problèmes ne l'aidera pas. Tu préfères lui répondre en toute sincérité, sans même savoir s'il s'en souviendra demain : Ouais, y'a pas mal de connards qui mériteraient une balle aussi dans cette baraque. Les cons qui font traîner les interventions parce qu'il manque un papier, par exemple, alors que, sans obligation de mandats, des viols ou des meurtres pourraient être évités tous les jours. Ce genre de types omniprésents au commissariat. Ils se disent flics alors que ce ne sont que des fonctionnaires ; quand il faut rentrer dans le tas, il n'y a plus personne.

- Faut vraiment être suicidaire pour se marier. Voilà, c'est dit. Ca ne t'empêche pas de le respecter en tant que pote et de ne pas le mépriser d'avoir tenté le coup ; ce mec est un ambitieux ! Malgré tout, tu décides d'être franc avec lui car c'est une occasion comme une autre de faire plus ample connaissance. Au pire, tu lui présenteras des excuses à la prochaine soirée poker pour enterrer la hache de guerre s'il le prend mal alors que tu ne comprends pas qu'un flic ait pu épouser une femme. Les femmes de flic - et plus particulièrement de ceux qui ont de la poigne - ça meurt assassinées. S'il est du même bois que toi, si la réputation qui le précède dit vrai, alors la logique de son mariage t'échappe. Rien de logique donc mais une peine bien réelle qui t'affecte. Il te fait penser à ton père juste après la mort de ta mère. Lorsqu'il était encore ce héro à tes yeux. Il avait approximativement le même âge que Diaz. Le divorce (qui va avec le mariage) c'est comme la mort : une descente aux enfers dont peu d'hommes reviennent. Ryker qui se laisse couler dans l'alcool, c'est compliqué pour toi d'être à la fois un pote sur lequel compter et un mec qui dit ce qu'il pense sans sourciller.

- Tu devrais te changer les idées. Tes mains s'activent sur le volant pour prendre la direction de chez lui tandis qu'après un long silence, tu reprends, bienveillant dans toute ta froideur émotionnelle : Ne plus penser à elle. Son ex. Tu supposes que c'est d'elle qu'il parle puisque l'un des types de la meute te l'a appris par mégarde. Tu ne sais même pas comment elle s'appelle et ne veux pas savoir. L'amour, c'est un poison que tu préfères ne pas goûter. Combien d'hommes en sont morts, noyé d'avoir trop bu d'alcool en espérant le retrouver ? On m'a dit pour ta fille. Dernière latte de clope puis tu jettes le mégot par la fenêtre. Oublie ta femme comme elle. T'avanceras pas sinon.

« Directeur du foyer : Parle-moi de toi, mon garçon.
Reed : Je m'appelle Reed Taylor. J'ai tué mon père
parce que des connards ont tué ma mère.
»


_________________

« - La vie c'est comme ça tout le temps ?
Ou c'est seulement quand on est petit ?
- ... C'est comme ça tout le temps.


Dernière édition par Reed Taylor le Sam 28 Juil - 14:05, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souslesetoiles.forumactif.com/t1672-reed-taylor-bad-cop#3 http://souslesetoiles.forumactif.com/t1711-reed-taylor-mauvaise-pioche
avatar


sometimes i think i'm just not good for people, that it's not good for them to be around me. i wear 'em down. they ... they get unhappy.


Messages : 324
Multicomptes : Sinéad.
Identité : tête de bœuf.
Avatar : Colin Farrell.
Crédits : hedgekey.

Âge : quarante-cinq ans.
Occupation : gardien de prison, maton pour les intimes.
Côté coeur : divorcé, foutu à la porte pour absence chronique.

MessageSujet: Re: reed ) the angry river.   Ven 27 Juil - 7:16


ASHES TO ASHES.
Il a toujours trouvé con de survivre à la perte de sa fille mais pas au divorce de sa femme. Comme si elle était morte elle aussi, si éloignée de lui et pourtant si proche à la fois. C'est sa présence dans sa tête et autour de lui qui l'achève chaque jour. Diaz, le seul type bourré de colère qui espère pourtant qu'on le reprenne aussi vite qu'on l'a jeté, qui ferait tout pour devenir irréprochable mais passe le plus clair de son temps saoul. Si elle savait ce qu'il fait de son temps libre, certain qu'il prendrait perpétuité. Ses doigts passent dans sa moustache pour la remettre en place alors que la rue de son appartement se dessine autour d'eux. Il fronce les sourcils lorsque Reed se hasarde à lui donner des conseils. Ryker sait que le flic a raison, qu'il ferait mieux de se ressaisir pour pas devenir le dernier des cons mais quand t'es composé à 70% d'alcool, compliqué de se remettre en question. Prendre la mouche lui paraît plus simple. Sa fierté de mec qui parle, belle histoire qu'il entretient avec elle depuis toujours. Se changer les idées, c'est exactement ce qu'il faisait avant qu'on ne vienne l'emmerder pour quelque gouttes d'urine sur une bécane. Les sourcils froncés, il a cette gueule du type qui sait tout sur tout, qui croit qu'il gère sa vie alors qu'elle n'est qu'un chaos ingérable dont il est la première cause. Sauf ton respect, je pense pas que tu sois bien placé pour me donner des conseils. Comme si un vieux garçon allait lui apprendre quoi faire de son mariage et de sa femme. Diaz a encore un minimum de dignité pour ne pas se laisser dicter son comportement par Reed malgré toute l'affection qu'il peut ressentir à son égard.

La voiture se gare en bas de l'immeuble alors que le brun se penche sur Taylor avec un regard plus froid cette fois. Sa voix chargée d'alcool est calme mais renferme aussi une colère évidente. Par contre je suis curieux de savoir quel fils de pute s'amuse à parler de ma fille. Rare lorsqu'il ose dire ma fille, d'habitude il a tendance à prendre d'autres adjectifs, à couper toutes les attaches qui la relie à cette enfant disparue et qu'ils ne retrouveront jamais. Diaz laisse son regard traîner sur Reed, menace planante qui laisse entendre que tout cela ne lui plaît pas. L'alcool le rend paranoïaque, le voilà qui joue de son charisme entaché par l'ivresse et sa forte ossature pour l'impressionner. Jeu de coq auquel il se hasarde uniquement lorsqu'il est saoul. Ryker n'est pas le même lorsqu'il est sobre, calme, respectueux et respecté. Sa main sur l'épaule de Reed navigue jusqu'à son torse pour serrer entre ses doigts son vêtement. C'est évident qu'il ne va pas le frapper. Ces gestes sont impressionnants mais ce n'est qu'un avertissement ; une part de lui se dit que Taylor a probablement le même langage et qu'il n'en sera pas offensé. Ce serait fâcheux que l'on ne soit plus dans le même rang tous les deux. Sa bouche à quelques centimètres de la sienne, il se fiche des postillons, de son haleine, de sa viande saoule qui n'enivre personne sauf ses propres démons. Enfin, il relâche légèrement la pression pour calmer son cinéma de mâle dominant qui ne peut pas faire bon ménage lorsqu'on connaît la bête qu'est Reed.

_________________
Les souvenirs, c'est ça la réalité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


et aussi:
 


S T O P ░ S A Y I N G ░ O K



--------► MOOD BOARD ◄--------


« UN FLIC, C'EST JAMAIS QU'UN
VOYOU QU'A RATÉ SA VOCATION.

Messages : 1093
Identité : Blaz
Avatar : Joel Kinnaman
Crédits : Mashed Wood . AltgeneTBLR . pint . gif : tête de boeuf

Âge : 38 ans, 15 ans de service.
Occupation : Inspecteur de police à la baffe facile et à la main lourde. Perquisitionne sans mandats, tire sans sommation, tue si nécessaire.
Côté coeur : Bon tireur.
Quartier : Harbor Springs (port), squatteur d'un bateau qui ne lui appartient pas.

MessageSujet: Re: reed ) the angry river.   Sam 28 Juil - 14:41

the angry river
@Ryker Diaz & Reed Taylor


Bien placé pour lui donner des conseils ? C'est ce que tu es, en effet. Jusqu'à preuve du contraire, c'est pas toi qui pues la pisse et l'alcool dans cette bagnole. Mais soit, s'il n'en veut pas, tu ne lui en donneras plus. Peut-être reviendra-t-il vers toi lorsqu'il sera sobre pour t'en demander que tu les lui donneras à nouveau, sur le même ton et sans te laisser déstabiliser par l'image qu'il a de toi et de ta vie en solitaire. Il finira bien par admettre que son divorce est en train de lui faire la peau, voilà ce que tu te dis quand tu hausses les épaules, imperméable à son mépris.

Coup de frein à main, vous voilà arrêtés devant chez lui. Il commence à peine à bomber le torse que tu sais déjà comment ça va finir. Réaction prévisible d'un ivrogne contrarié. Son attitude contraste tellement avec celle des soirées poker que tu le laisses faire, t'attraper par la chemise et t'envoyer ses menaces qui ne t'intimident pas. Un mec bourré ça ne se prend qu'à moitié au sérieux. Tu enregistres sa prédisposition à la violence pour ce qu'elle est, non pas pour le prétexte qu'il y trouve. Okay, il ne veut pas parler de sa fille, t'as compris.. Toute sa colère est une information qu'il te donne pour mieux le comprendre lorsqu'il est sobre car même si tu n'es plus en service, tu restes un flic dans ta tête. Une bête qui analyse et évalue l'adversaire dès lors qu'il piétine son périmètre de sécurité. Ta main se referme sur la sienne, aussi froide que toi, à la poigne bien plus assurée parce que sobre. Dans son état, Diaz n'est pas en mesure de t'impressionner. Des scènes de ce genre, tu en a trop vécu avec ton père pour ne pas y être blindé.

- Il va se passer quelques chose de très simple, Diaz. Tu vas me lâcher et je ne te parlerai plus de ta fille. Direct, percutant. Ton assurance devient radioactive pour qu'il comprenne malgré l'alcool que tu n'hésiterais pas à le cogner s'il était sobre. Moi aussi, je trouverai ça fâcheux. Combat de coqs qui se savent aussi bagarreurs l'un que l'autre mais qui ont décidé d'être potes malgré tout.

Pas envie de te froisser avec le reste de la bande pour une empoignade qui sent la bière. Soudain tu ouvres la portière et t'extrais de l'habitacle, déplies tes jambes trop grandes pour cette caisse que tu as en horreur. Y'a pas de patrouilles à moto dans ce bled qu'est Crescent. T'allumant une nouvelle clope avant de repartir, tu te dis qu'il n'est pas nécessaire de relancer la conversation. Si Ryker veut parler, il choisira lui-même d'aiguiller la discussion. T'as saisi qu'il n'aimait pas qu'on parle de sa vie perso. Tu peux le comprendre, tu n'aimes pas non plus. Espérons pour lui qu'il se souvienne du numéro de sa porte. Ca te ferait chier d'avoir à étouffer son tapage nocturne.

_________________

« - La vie c'est comme ça tout le temps ?
Ou c'est seulement quand on est petit ?
- ... C'est comme ça tout le temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souslesetoiles.forumactif.com/t1672-reed-taylor-bad-cop#3 http://souslesetoiles.forumactif.com/t1711-reed-taylor-mauvaise-pioche
avatar


sometimes i think i'm just not good for people, that it's not good for them to be around me. i wear 'em down. they ... they get unhappy.


Messages : 324
Multicomptes : Sinéad.
Identité : tête de bœuf.
Avatar : Colin Farrell.
Crédits : hedgekey.

Âge : quarante-cinq ans.
Occupation : gardien de prison, maton pour les intimes.
Côté coeur : divorcé, foutu à la porte pour absence chronique.

MessageSujet: Re: reed ) the angry river.   Dim 29 Juil - 13:50


ASHES TO ASHES.
Il est pas du genre à se retourner contre ses proches mais l'alcool rend les limites tellement floues qu'il sait plus vraiment où il fout les pieds. Ryker et son regard planté dans le sien, il y a toute une manœuvre qui se met en place pour essayer de prouver à l'autre qui est le plus fort. Taylor a le dessus, c'est évident, sa main sur la sienne le prévient de ne pas aller trop loin et la bête qui sommeille en Diaz est suffisamment vieille et raisonnée pour se calmer. Le mettre en garde, il en ressent le besoin pour tenter de sauver les apparences. La sévérité des mots de Taylor le rassurent. C'est peut-être con mais qu'on lui tienne tête est un signe de respect qu'il apprécie et qui le fait lâcher sa prise. Dans son début d'alcoolisme, il accepte encore les remises à niveau qui l'aident à ne pas perdre totalement pied. Son corps douloureux retrouve sa place sur le siège passager avant de quitter l'habitacle en silence. Une fois dehors, l'homme étire ses bras mais aussi sa nuque, il sent ses muscles noueux retrouver de leur élasticité. Durant son étirement, ce à quoi il pense, c'est ce monde dans lequel il a évolué et dont il se rend compte de la véritable nature. Tout était factice jusqu'ici et ce jusqu'à l'amour qu'il pensait entretenir avec sa femme. Son job de flic n'était qu'une merde dans laquelle il se perdait, une sorte de blindage pour ne pas assumer son rôle de père mais aussi de mari. Tout ici le ramène à ses échecs, encore plus lorsqu'il adresse un signe de main à Reed pour lui faire signe de le suivre et qu'ensemble ils montent les escaliers de la vieille cage d'escalier du pseudo immeuble dans lequel il vit. Un vieux bâtiment sur trois étages, puant l'humidité et les poubelles que personne ne sort. Le carrelage fracassé à plusieurs endroits fait résonner leurs pas tandis que Ryker sort sa clé de sa poche. Titubant, il peine à trouver la serrure et se sent soulagé de ne pas avoir à demander de l'aide pour un acte si simple à celui qui l'accompagne.

Son appartement. Un trois pièces qu'il n'a pas essayé de fournir, un amas de cartons dont il n'a pas encore trouvé le courage d'en sortir leur contenu. Quand tu te rends chez Ryker, c'est simple, t'as l'impression de rentrer chez un inconnu sans la moindre identité. Pas de photo de famille, ni de femme, de gosse ... rien. Pas le moindre signe d'une vie avant celle-là sauf peut-être ce zippo posé sur la table basse, offert par sa femme quelques années plus tôt alors qu'il ne cessait de perdre ses briquets. Tu veux un verre ? Il tourne la page, vite, efficacement, sans la moindre rancoeur. Le visage creusé par la fatigue accumulée lors de ces derniers mois, Diaz se dirige vers la cuisine pour se passer un peu d'eau sur le visage, tenter de se défaire de ce sale goût incrusté sur sa langue déjà pâteuse. Les gouttes d'eau perlent le long de sa gorge et s'échouent sous son t shirt alors qu'il attrape un torchon pour s'éponger la gueule. Alors. Son regard se pose sur la ceinture de Reed, détaille le flingue tranquillement accroché à celle-ci. Vocation ou tu t'es contenté de suivre les pas de ton paternel ? Son père à lui était flic. Quand t'en deviens un généralement, les choses prennent racine du côté de père : le besoin qu'a le fils de reproduire le même schéma que son unique modèle. Dans le cas de Diaz, c'est un mélange des deux dont il se rend compte trop tard que ce n'était peut-être pas le bon choix. Aujourd'hui, il a la sensation de vivre dans un monde décent et que seul lui ne l'est pas, encerclé par les reproches de son ex-femme, les regards lourds de ses anciens collègues et le silence de ses amis, il est devenu un être à l'indécence évidente. Tout ce à quoi il aspire dans ces moments de calme, c'est une grande maison perdue dans la campagne avec un petit jardin suffisamment à l'ombre où ses potes pourraient venir se bourrer la gueule quelques fois par mois. Un endroit où on ne lui reprocherait pas de ne pas chercher sa fille, où on ne laisserait pas sous entendre qu'il n'en a rien à foutre. Une sorte de retraite parce que c'est l'unique issue qui lui semble possible à cet instant.

Dans l'attente d'une réponse, il ouvre déjà le frigo, profite de la fraîcheur qu'il dégage pour fixer les trop nombreuses canettes de bières mais aussi de boissons. Il leur faudra au moins ça pour espérer vouloir creuser chez l'un et l'autre sans partir dans des menaces qui pourraient les rendre redoutables.

_________________
Les souvenirs, c'est ça la réalité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


et aussi:
 


S T O P ░ S A Y I N G ░ O K



--------► MOOD BOARD ◄--------


« UN FLIC, C'EST JAMAIS QU'UN
VOYOU QU'A RATÉ SA VOCATION.

Messages : 1093
Identité : Blaz
Avatar : Joel Kinnaman
Crédits : Mashed Wood . AltgeneTBLR . pint . gif : tête de boeuf

Âge : 38 ans, 15 ans de service.
Occupation : Inspecteur de police à la baffe facile et à la main lourde. Perquisitionne sans mandats, tire sans sommation, tue si nécessaire.
Côté coeur : Bon tireur.
Quartier : Harbor Springs (port), squatteur d'un bateau qui ne lui appartient pas.

MessageSujet: Re: reed ) the angry river.   Lun 30 Juil - 13:29

the angry river
@Ryker Diaz & Reed Taylor


Son signe de main te fait jeter ta clope. Tu le suis sans sourciller, te disant qu'une fois sa porte fermée, tu le laisseras cuver tranquille, s'il préfère. Tu n'as pas envie de retourner dans cette caisse trop petite pour toi, de toute façon. Un aller retour dans l'escalier te dégourdira les jambes. Dans la fraîcheur de la nuit, vos ombres s'étirent sur le macadam avant de disparaître au gré les marches. Le voir les escalader d'un pas chancelant te laisse de marbre, tu ne sais plus s'il te fait rire où s'il t'agace quand il a bu. Parfois, le simple fait de le regarder est un sketch en soi. Comme ce jour là, à la pêche, où Ryker était décidément bien plus heureux que cette nuit.

Arrivés la haut, tu le laisses galérer avec la serrure, conscient qu'il te le fera savoir s'il a besoin de ton aide. Son intérieur est simple, pas encore déballé, mais ne te choque pas, toi qui vis sur un bateau qui n'est même pas le tient depuis que les meubles on été vendus en attendant de savoir si tu seras encore ici bien longtemps. Le fantôme de Swan rode sur ton refus poli lorsqu'il te propose un verre. Tu regardes autour de toi comme pour imaginer l'endroit dans lequel il vivait avant d’atterrir ici. Peut-être une maison de banlieue comme celle dans laquelle tu as grandi ? Une baraque de flic dans un quartier tranquille où personne ne soupçonnait qu'un ivrogne battait son fils. Tu tiques, conscient que tu ferais mieux de ne pas partir sur ce terrain là. La première pensée que tu as eu, en tant que flic, fut de te dire que Ryker était un suspect comme un autre dans la disparition de sa fille. Puis tu avais choisi de ne pas te poser la question et ne pas en parler, parce qu'il est ton pote et que cela ne te regarde pas. Être ici te rappelle de fermer ta gueule sur sa vie privée, de respecter son droit au silence et à l'anonymat à tes yeux qui n'ont jamais ouvert son dossier.

Ton regard descend sur ton insigne, rendu songeur par sa question. Tu restes calme face aux souvenirs d'une enfance qui te submergent malgré les murs que tu ériges depuis des années pour aller de l'avant. Tu pourrais lui dire que ton père est un sujet à ranger dans le même placard que celui de sa fille, mais tu hausses les épaules, faisant traîner ta pause avant de retourner à la voiture. Y parait que je lui ressemble beaucoup. Sarcasme pour toi-même, regard en direction de Diaz et sourire blasé. Ce soir, tu prends du recul pour deux. Cet enfoiré te le rendra quand il sera sobre. Mais c'est pas volontaire.

_________________

« - La vie c'est comme ça tout le temps ?
Ou c'est seulement quand on est petit ?
- ... C'est comme ça tout le temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souslesetoiles.forumactif.com/t1672-reed-taylor-bad-cop#3 http://souslesetoiles.forumactif.com/t1711-reed-taylor-mauvaise-pioche
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: reed ) the angry river.   

Revenir en haut Aller en bas
 
reed ) the angry river.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sous les étoiles. :: CRESCENT HEIGHTS :: night falls :: Roaring Lion-
Sauter vers: