les rps libres
ajouter.
-- -- -- -- -- -- -- -- --
plus de rp libre pour l'instant, vous gérez !

Partagez | 
 

 blues. (ezrack)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Messages : 35
Multicomptes : niki moon.
Identité : margaux.
Avatar : taylor lashae.
Crédits : astra.

Âge : vingt-huit morsures empoisonnées.
Occupation : informatrice et hackeuse.
Côté coeur : le palpitant déchiqueté à la naissance.

MessageSujet: blues. (ezrack)   Ven 3 Aoû - 10:31

la solitude.
ce poids sur les épaules, cet engrenage rouillé dans la poitrine.
les engrenages ont du mal à bouger. ils se prennent les uns dans les autres dans une mécanique étrange, teintée de bruits crispants. métalliques. compliqués. aigus.
c'est le pire, avec la vie d'une gangster.
on essaie de prendre la vie avec le sourire – et jacqueline y arrive d'ailleurs fort bien habituellement – mais parfois, on se prend une sacrée claque. personne à qui parler. personne qui ne la connaisse véritablement.
jacqueline ocean.
jacqueline n'a pas de nom.
maman enterrée la gueule ouverte et les cuisses remplies d'asticots des suites d'une neurosyphilis. pas d'autre famille qu'un père ayant recouvré sa liberté – grâce aux plans méticuleux de sa progéniture – sans plus de reconnaissance.
jack a parfois ces excès de violence incontrôlables qui la poussent à détruire de la vaisselle sale. à se rendre sur un toit pour regarder le ciel et mourir de la beauté éphémère. à se rendre sur un toit et de regarder le sol avec un peu trop d'impatience – être enfin un ange et s'élever vers les cieux. finir par terre, la gueule éclatée sur le béton.
mais c'est pas une suicidaire, jacqueline.
jacqueline, c'est une battante.
jacqueline, c'est une combattante.
quand elle s'entraîne pas avec timofeï, elle va voir les combats clandestins et prend quelques notes mentales. elle répète ensuite les gestes chez elle – dans son appartement un peu miteux, en foutant les meubles sur le côté. jacqueline, elle a ce besoin virulent de vengeance qui brûle dans ses entrailles.
on ne se fout pas de sa gueule impunément.
jacqueline guerrière.
jacqueline harpie.
jacqueline valkyrie.

alors ce soir, jacqueline va combattre la solitude à sa manière ; elle se rend dans un bar de crescent heights – non sans avoir fouillé les ruelles attenantes à la recherche des rats qui ont eu le malheur d'échapper à leur cage – et tambourine de ses ongles trop longs la surface boisée en attendant qu'un gin tonic débarque devant elle.
jack a une sainte horreur des vices. des péchés. et surtout des addictions. elle a une sainte horreur de ces beautés édulcorées qui ajoutent un peu de lumière dans une vie morne ; parce que le retour sur terre n'en est que plus douloureux.
elle se souvient encore, les mâchoires crispées, du corps endolori de maman après avoir tant servi. parce que les hommes qui venaient la voir ne combattaient pas assez leur addiction des corps qui s'entrechoquent, des corps qui s'aiment dans la brutalité. parce qu'ils la considéraient comme un objet juste bon à accueillir leur semence dégueulasse – pourquoi pas un gamin non-désiré qui ne connaîtra jamais son père, tant qu'on y est. parce que foutre une capote, c'est moins bien. parce que foutre une capote, ça retire un peu du risque qui excite tant.
elle voulait pas, maman. jamais. ne surtout pas être enceinte. mais c'est arrivé. une capote, ça craque parfois.
et maman, elle a tout donné pour jacqueline ne lui ressemble jamais.
comme jacqueline a toujours tout fait pour s'éloigner de cette image déchue.
jacqueline préfère les corps arrondis, les seins fermes, les fesses rebondies.
mais jacqueline finit toujours par se rapprocher des mâles – comme si elle devait combler l'absence d'une figure paternelle à ses côtés.
et c'est dans ses tergiversions moroses que jack repère un homme, au fond du bar.
son stylo ne cesse de scarifier le papier quand il semble analyser la populace blasphématoire de ce temple du vice. elle hausse un sourcil en le regardant à son tour – il est un peu comme elle… c'est ce qu'elle imagine, du moins.
parce que jack adore regarder les gens – dans la plus grande discrétion – pour analyser leur façon de parler, de réagir, leur gestuelle… interpréter et inventer des histoires avec ce qu'elle voit. parce que jack sait comment obtenir des informations, et que les manières sont diverses et variées.
elle prend son gin tonic à peine entamé et vient se poser à sa table – de façon plus ou moins exubérante.
- 'soir.
elle pose son délicat fessier sur la chaise de bar, se penche en avant et essaie de lire – à l'envers – les notes de l'homme. jack n'a pas envie d'être discrète ce soir. jack n'a pas envie d'être polie ou de laisser un peu d'intimité à celui qu'elle considère comme son semblable.
- t'écris quoi ?
elle demande, avant de désigner du menton la serveuse.
- j'ai vu que tu la regardais. c'est holly. elle a vingt-cinq ans, vit avec son chien et se fait battre régulièrement par son copain. elle pense naïvement que personne ne le voit. mais suffit de voir comment elle se tient pour comprendre… suffit de voir comment elle recule quand elle sert des hommes.
elle monologue un peu, explique par son analyse détaillée de la serveuse qu'ils font parti du même monde – ceux qui s'intéressent aux autres, essaient de comprendre des vies entières en quelques œillades curieuses.
elle désigne ensuite du menton le barman.
- lui c'est earl. il a cinquante ans bien tassés et c'est un célibataire endurci. il me drague en boucle depuis six mois… et il est pas franchement super intéressant. mais il est quand même super aimable. moi j'pense qu'il a perdu sa femme, mais il refuse d'en parler. cela dit, j'ai bien vu la trace – imprimée dans sa chair – sur son annulaire.
elle hausse les épaules, sourit un instant – en espérant qu'il la regardera.
- et moi c'est jack. jack ocean.
elle tend la main, comme pour lui dire regarde-moi. parce qu'elle s'amourache des traits juvéniles du garçon, de ses yeux clairs, de ses sourcils froncés sous la concentration. parce que jack est facilement fascinée, mais qu'elle ne l'a jamais été à ce point – sans trop savoir pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souslesetoiles.forumactif.com/t1758-loverdose-jack#34674 http://souslesetoiles.forumactif.com/t1819-vipere-jack#36605
 
blues. (ezrack)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sous les étoiles. :: CRESCENT HEIGHTS :: night falls :: Roaring Lion-
Sauter vers: