FERMETURE DU FORUM

Partagez | 
 

 Gueule de raie (vivi)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Gueule de raie (vivi)   Sam 11 Aoû - 13:30


gueule de raie


Dimanche matin en gueule de bois. T’as la pâteuse, les yeux à moitié ouvert et déjà une clope au bec. Tu traînes des pieds sur le parquet, évite les vêtements qui traînent un peu partout, te faufile jusqu’à la cuisine où tu ne trouves qu’un fond de café et pas de quoi en faire. Merde. T’aurais dû en racheter. T’aurais dû faire des courses. Il y a rien à manger et ça t’agace, t’adore le dimanche pour les petits déjeuners, pour les jus d’orange pressé –mais pas la pulpe, t’aime pas la pulpe, ça colle à la langue-, les pancakes tout juste cuits, les œufs à la coque ou brouillé. T’aimais bien le dimanche quand t’étais gamine, c’était le seul jour ou m'man travaillait pas, ou elle restait à la maison toute la journée. T’avais le droit de te lever plus tard, t’avais le droit de poser toi-même les œufs dans la casserole, de regarder le minuteur, t’aimais bien ça. Et t’aiment toujours les dimanches, même s’ils ont une autre saveur maintenant, même s’ils sont tristes et difficiles. Faut dire que tu finis toujours complètement torché le samedi soir. Et que y'as rarement de bon petit déjeuner le matin. Et puis y'as Patrick aussi. Patrick qui ouvre la porte avec sa gueule de raie. « Ta mère est pas là », ah oui, t’avais oublié. M’man a cours de yoga le dimanche. Parce que oui, m'man s’est mise au yoga depuis que Patrick-gueule-de-raie est rentrée dans sa vie. Elle dit que ça la détend. Et que ça empêche son cul de tomber. Et que ça la rend plus souple, Patrick aime ça. Toi ça te dégoutte rien que d’imaginer Patrick et le cul tombant de maman. « J'ai pas d'fric à te donner », il repousse la porte, contre ton pied, tu la bloque, forçant le passage. « J'ai pas besoin d'ton fric », tu descends directement à la cave, là où m'man et Patrick ont entreposé tes affaires restantes, entre la chaudière et la machine à laver. Des tranches de vie, des souvenirs dans des cartons écrit au feutre, entassé là dans le noir et l’humidité. La voilà ta place dans cette famille. C'est pas plus mal, parce que Patrick y fou jamais les pieds, touche pas à tes cartons, à celui où tu ranges tout ton matériel pour trafiquer les quelques papiers d’identité. Et hop, tu fais gagner cinq ans au gamin qui t’a passé commande. T’y passe l’après-midi, le début de soirée, assez pour voir m'man rentrer dans son leggings moule cul, la voir baver d’amour devant Patrick, te donner une caresse pour paraître être une bonne mère. Merci m'man. Et puis ont te fou dehors, sans ménagement, parce que ton fait ton temps dans la maison qui grince, parce que Patrick à décider qu’il était temps que tu foutes le camp, que tu plies les voiles, que tu le laisses profiter du cul de ta mère. Ça te fou la haine, ça te fou la rage, ça se termine comme tous les dimanches où tu t’aventures dans ta « famille », dans un claquement de porte au bord des larmes.

Tu te plantes devant la porte, la moue sur tes pulpeuse, le carton encore chaud dans les mains. Ton besoin de réconfort. Ton besoin de douceur. Ton besoin d’une gueule qui t’accueille avec un grand sourire, qui te dira que Patrick est qu’un con. T’attend qu’on t’ouvre. « J’ai d'la pizza, j’espère que t’as d'la vodka », ou tequila, rhum, bière, tu t’adaptes.
Revenir en haut Aller en bas
 
Gueule de raie (vivi)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sous les étoiles. :: CRESCENT HEIGHTS :: harbor springs :: Logements-
Sauter vers: