FERMETURE DU FORUM

Partagez | 
 

 113ÈME CIGARETTE SANS DORMIR (JULIET)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Messages : 512
Identité : LÉA
Avatar : THOMA
Crédits : VERT ALLIGATOR

Âge : 22
Occupation : DEAL
Côté coeur : GAUCHE
Quartier : ORANGE GROVE

MessageSujet: 113ÈME CIGARETTE SANS DORMIR (JULIET)   Lun 20 Aoû - 10:44

113ème cigarette sans dormir
@juliet moore

-- -- -- -- -- -- -- -- -- -- --

Ina elle vit sa vie comme un putain d'film en noir et blanc, ceux qui se sont trop ternis par la force du temps. Elle la vit à respirer de la blanche et broyer du noir, à passer des nuits blanches avec ses idées noires. Y a que le gris pour venir nuancer le résultat ; gris la couleur des cendres qui s'accumulent au fond de son cendrier puis gris la couleur du bitume sur lequel elle choisit de déambuler. Parce qu'à force d'y fumer l'air de sa chambre est devenu vicié sauf que ce soir elle a besoin de respirer. Alors ce soir Ina elle veut partir, elle veut fuir ce monstre grandissant qu'elle ressent dans son estomac, s'enfuir de l'étau des griffes bestiales qui la serrent très fort jusqu'à l'en étouffer. C'est ce monstre qu'elle veut piétiner quand ses pas écorchent le trottoir sale de Night Falls, ce monstre qu'elle veut abîmer pour enfin ne plus jamais avoir à l'affronter. Et avec son corps ankylosé qui à chaque pas menace de perdre l'équilibre, elle a ces airs de bateau tanguant à cause des flots déchaînés, celui qu'on a peur de voir sombrer face à la force des marées. C'est pourtant pas le mal de mer qu'elle a ce soir mais le mal de terre, celui qui s'intensifie à force des jours passés en solitaire, celui qui s'amplifie par la force de ses fantômes tortionnaires. Elle arrive pas à s'évader de la prison de son crâne étouffant et de son corps malmené, de son univers qu'elle accepterait pourtant d'abandonner au profit d'un autre plus joyeux, plus radieux. Dans un univers où elle oserait de nouveau s'attacher à ceux qui l'entoure, là où les étoiles pourraient briller sans craindre que l'un deux n'aille les rejoindre le jour d'après. Mais elle veut pas voir l'histoire se répéter alors la plus simple solution qu'elle ait trouvée c'est de ne pas s'engager, et cette règle est celle qu'elle arrive le mieux à appliquer. Mais comme toujours dans ce qu'elle entreprend y a souvent des ratés et c'est ce qui la pousse à venir toquer à la porte d'un des appartements du quartier. Ouvre moi ouvre moi ouvre moi, elle est pas sûre de ce qu'elle trouvera derrière la porte, pas sûre non plus d'avoir fait le bon choix mais elle ne pourra pas reculer cette fois. Elle reste immobile, comme figée paralysée, ses pieds bien ancrés dans le sol et la peau de son visage aussi pâle que le marbre des statues qu'on trouve dans les musées. Elle arrive même plus à parler une fois que la poignée à été tirée, elle arrive pas non plus à regarder Juliet dans les yeux, ses lèvres restent scellées et sa gorge nouée, l'impression d'un moment hors espace-temps alors qu'elle se tient là, bras croisés, comme une conne le ferait en attendant quelque chose qui n'arrivera jamais. « … j'peux rentrer ? » C'est l'éternel recommencement d'une situation qui se présente de plus en plus souvent, des nuits qui ont toujours la même façon de commencer sans qu'elles ne soient certaines de la manière dont elles vont se terminer.


-- -- -- -- -- -- -- -- -- -- --

© VOCIVUS (IC)



Dernière édition par Ina Altunes le Sam 25 Aoû - 8:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souslesetoiles.forumactif.com/t1775-de-reves-et-de-cendre http://souslesetoiles.forumactif.com/t1860-un-coeur-a-l-amer
avatar

Messages : 78
Identité : jadisse
Avatar : charleen weiss
Crédits : VENUS IN FURS (av), siren charm & tennessee (sign)

Âge : vingt poussières d'étoiles
Occupation : étudiante en droit le jour, vendeuse au cinéma la nuit
Côté coeur : (es)seul(é)e
Quartier : sa chambre de petite fille dans le vieil appartement familial à night falls

MessageSujet: Re: 113ÈME CIGARETTE SANS DORMIR (JULIET)   Jeu 23 Aoû - 15:19

113ème cigarette sans dormir
@ina altunes

-- -- -- -- -- -- -- -- -- -- --


Les rideaux sont ouverts sur une nuit d’encre, la chambre n’est éclairée que par les leds tremblotants d’une guirlande sur les murs bleu ciel et les vestiges de quelques étoiles phosphorescentes au plafond. Allongée sur le lit, les jambes relevées contre le mur, Juliet ne dort pas. L’été au goût d’entracte ne lui apporte pas tout le repos escompté et ça tourbillonne toujours autant dans sa tête. Loin des angoisses et des nuits blanches elle n’a que plus de temps pour penser. Sans les distractions douloureuses de l’année, Juliet erre dans un appartement qui semble perdre ses airs de maison, la chaleur du foyer lui parait toujours plus étouffante, et elle ne sait plus si c’est la canicule qui la fait suffoquer. Ce soir seule dans sa chambre d’enfant trop grande, trop vide sans la présence accablante des responsabilités ni celle, plus réconfortante, des amis qui s’y succèdent pour une nuit – bouées dans le raz-de-marée. Le silence est lourd.
Elle sursaute quand les battements retentissent. Elle n’attend personne, mais se lève quand même – parce que c’est ce qu’il faut faire. C’est un appartement vide qu’elle traverse : ses parents dînent ailleurs, ses frangins son chez des amis ; mais elle essaye de ne pas y penser sinon c’est fini. La porte s’ouvre sur une vision qu’elle n’attend pas et pourtant bien trop familière. C’est ina mais ina qui fait mal – plus que celle qui crie et blesse : celle un peu bancale un peu en vrac , avec le rideau de cheveux qui cache sa tête trop baissée et les yeux qui veulent pas se lever, un peu hésitante un peu perdue. Ina qu’a plus l’air d’Ina et pourtant Ina un peu trop vraie. C’est ina toute fierté abandonnée quand vient la nuit. Et juliet c’est un tableau qui lui serre toujours le cœur, et elle a juste envie de la serrer fort dans ses bras. Mais c’est pas avec des câlins qu’elles se réconfortent alors elle reste juste là, avec les mains qui la démangent.
« … j'peux rentrer ? » La voix bien trop hésitante la sort de ses pensées et elle se pousse déjà pour la laisser passer. Ca veut dire bien sûr, ça veut dire quelle question, ça veut dire toujours. Juliet elle reste encore quelques instants plantée là les bras ballants, à pas trop savoir quoi faire parce que même si c’est une scène qu’elles ont joué déjà des dizaines de fois c’est toujours un peu maladroit au début. Ca fait un peu bizarre, un peu discordant, comme si ces moments, cette ina, n’avaient leur place que dans le cocon de sa chambre. Quelques minutes vacillent et Juliet sait bien que c’est à elle de faire le premier pas maintenant, et c’est à peine un murmure qui s’échappe de ses lèvres, comme pour apaiser un animal sauvage mais surtout comme si elle essayait de mettre dans sa voix tous ses sentiments, comme si avec des paroles elle pouvait  soigner ina. « Tu veux un chocolat chaud ? » Ca sonne bête, mais c’est comme un câlin dans une tasse : doux et chaud et plein d’amour. Mais en même temps qu’elle pose cette question Juliet elle se décale déjà pour laisser un passage mais pas sur la cuisine : sur le couloir qui continue jusqu’ la porte tout au fond. Parce qu’elle sait déjà que c’est pas un chocolat chaud qui va réchauffer ina. Parce qu’elle sait déjà que ce qu’elle cherche c’est des murs bleu ciel et un lit pour deux, des guirlandes et des étoiles phosphorescentes.


-- -- -- -- -- -- -- -- -- -- --

© VOCIVUS (IC)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
113ÈME CIGARETTE SANS DORMIR (JULIET)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sous les étoiles. :: CRESCENT HEIGHTS :: night falls :: Logements-
Sauter vers: