FERMETURE DU FORUM

Partagez | 
 

 Sérieusement ?! - Teddil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar



☠☠☠:
 


Messages : 1434
Identité : tadshoot
Avatar : lucky blue
Crédits : -

Âge : dix neuf ans
Occupation : combats illégaux et n'importe quoi pour chopper du fric
Côté coeur : coeur à l'envers, qui fonctionne pas autrement que pour des amitiés fracassées
Quartier : le squatt du mauvais côté des rails, entassé avec une bande d'idiots

MessageSujet: Re: Sérieusement ?! - Teddil   Lun 29 Oct - 14:05

Tu pensais pas qu’il le prendrait aussi sérieusement. Y’avait un ton de blague dans ta voix. Derrière un fond de vérité. C’était juste un moyen d’expier la vérité. Un moyen comme un autre. Là. Dissimuler derrière une blague de mauvais gout. Tu voulais pas qu’il te croit. Pas aussi facilement. Il aurait du rejeter l’idée. Ne même pas l’imaginer. Ou est-ce qu’il te connait trop bien ? Est-ce qu’il peut lire tes pensées ? Voir le noir qui te gagne toujours un peu plus ?

« … C’est bon j’déconne… » Tu sais pas quoi lui dire. Surement pas la vérité. Tu rigoles. Nerveusement. Tu passes la main dans tes cheveux pour les ébouriffer. Pour dissimuler la gène. Surtout maintenant qu’il a rallumé la lumière. « …Arrête de faire ta drama queen… » Tu l’regardes un instant. Il a l’air boulversé. C’est probablement normal après tout. T’aimes pas l’voir comme ça. Tu détestes ça. Et puis, tu connais l’poids de ton secret. Tu veux pas qu’il le porte avec toi. Soupire. Tu te retournes dans ton lit pour être dos à lui. Et tu te blotti dans les draps. T’espères qu’il cherchera pas plus loin. Qu’il posera pas de question auquel tu pourrais pas répondre. Quoi que. A bien y réfléchir. Il les a déjà posé. Pourquoi. Qui. Tu sais même pas vraiment. Ni l’un. Ni l’autre. Si, c’était pour la protéger. Mais comment t’en es arrivé là hein ? T’as jamais aimé les armes à feu. Toi, t’as toujours préféré te battre avec les poings. Alors comment ça a pu se passer hein ? Et puis même. T’as toujours aimé jouer au bad boy, mais est ce que t’avais vraiment ta place là bas. A coté des gars un peu trop sérieux dans leur envie de mettre le monde à l’envers. Toi, tu faisais juste ça pour t’amuser. Pour gagner dl’argent avec ce que tu savais faire. Pour trainer au milieu des filles à moitié à poil aussi. T’as jamais voulu d’être truc aussi … Extreme. Aussi final qu’une balle dans la tete. « T’éteins la lumière ou quoi ? » Tu grognes. Parce que tu sais faire que ça. Parce que t’aurais mieux fait d’te la fermer. Encore et toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souslesetoiles.forumactif.com/t25-fuck-you-sil http://souslesetoiles.forumactif.com/t27-sil-the-good-the-bad-and-the-dirty
avatar

LA GUEULE D'ANGE ET L'DIABLE AU CORPS

Je m’excuse pour t’avoir frappé Papa, je préférais mourir plutôt que de te ressembler... Et c’est ce que je suis en train de faire. Mais j’ai tant de colère en moi, et elle vient de toi. Je te déteste de m’avoir fait grandir en pensant que l’amour ça ce méritait et que moi je le méritais presque jamais.






Messages : 298
Multicomptes : none.
Identité : Hunt.thing
Avatar : joe sugg.
Crédits : hunt.thing

Âge : vingt ans et quelques poussières.
Occupation : management commercial, tu sais vendre la mort à la faucheuse.
Côté coeur : faudrait déjà que tu saches de quel coté il est.
Quartier : quand c'est pas la chambre doré familiale, c'est un matelas déplumé du squatt des colocs.

MessageSujet: Re: Sérieusement ?! - Teddil   Sam 10 Nov - 5:29


y'a un temps de tout qui se retourne, y'a un temps de tempête cosmique qui vient tout ravager dans ta tête. dans ton esprit et dans ton cœur. … C’est bon j’déconne… what ? silence et bug. dans ta tête c'est comme un coup de poing qui qui vient bruler toutes les connexions envisageable. sérieusement ? il rigole, et des envies de meurtre naissent en toi. depuis quand est-il devenu si méchant ? …Arrête de faire ta drama queen… et dans ses yeux y'a des revolvers pour ton cœur. tu pensais pas que ça marchait encore sur les cicatrices au passé et pourtant. tu ne sais pas depuis quand mais aujourd'hui il est vraiment devenu méchant. aujourd'hui et depuis longtemps, tu te rends compte que peut-être que tu l'as vraiment perdu ton Sil. qu'il n'existe plus. que celui la tu ne l'aimes plus. le nouveau est glaçant, le nouveau est cassant. dents qui se serrent. regard qui se voile derrière une porte de replie. aujourd'hui c'est plus lui. aujourd'hui c'est l'inconnu qui ne te connait plus. "connard Sil, je t'aimais, au passé, t'aurais pu le respecter." drama queen ? sans aucune doute, t'aimes jouer au débile mais sur ce genre de réaction t'aurais juste envie de le baffer. drama queen ? et il te tourne le dos, et t'as bien l'impression que t'as vraiment tout essayé. que tu voulais pas tout recommencer, que tu voulais pas grand chose de lui, que tu cherchais pas à le récupérer; pas vraiment. t'en sais rien. t'aurais aimé .. tu sais pas, être son ami, de nouveau faire partit de sa vie, t'es pas niais au point d'avoir espéré autre chose. mais tu le sais Teddie que ça ne va pas à sens unique, que tu peux pas toujours te battre alors que lui il veut rien. Teddie stop, t'es bon pour tout camoufler, rien ressentir. faire le doux et gentil Teddie. T’éteins la lumière ou quoi ? il aime continuer les coups. tu décides de battre en retrait. te lever pour de bon, prendre la couette pour pas crever de froid; prendre ton téléphone simplement. c'est bon je te la laisse ta chambre Sil. abandon, résignation. tu prends le chemin de la sortie. t'as gagné c'est moi qui m'en vais je t'évite le reste. tu le laisses à ses envies, ton doigts qui ramène le noir. t'aurais préféré aller te glisser dans ses propres draps mais qu'importe. drama queen qu'il a dit, lui qui lance des bombes juste pour rire. tu te dis que c'est mieux de rejoindre le salon glacial, le canapé pas confortable pour t'y installer pour la fin de la nuit. mieux que rester ici nan ? t'aurais peut-être préféré qu'il reste loin. parce que dans tout ça ton cerveau commence à crier au malsain.

_________________
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system —————.
ce soir j'ouvre le champomy, on fait la fête à Gryffondor.

l'vrai visage:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



☠☠☠:
 


Messages : 1434
Identité : tadshoot
Avatar : lucky blue
Crédits : -

Âge : dix neuf ans
Occupation : combats illégaux et n'importe quoi pour chopper du fric
Côté coeur : coeur à l'envers, qui fonctionne pas autrement que pour des amitiés fracassées
Quartier : le squatt du mauvais côté des rails, entassé avec une bande d'idiots

MessageSujet: Re: Sérieusement ?! - Teddil   Lun 12 Nov - 14:38

Tu l’entends presque. Son coeur qui coeur dans sa poitrine. Le dernier coup que t’assène et qui l’achève. Comme si tu dépassais volontairement la ligne de la dernière chance. T’es un connard Sil. Un sacré connard. Tu crois que tu peux te racheter en mentant un peu. Un peu plus. Lui dire que c’est pas vrai pour le garder avant la ligne. Mais c’est pas mieux. C’est probablement pire. Tu l’entends à tous les mots que tu prononces. Idiot. A ces choses que tu sais pas dire. Qu’est ce qu’il veut au juste ? Que tu t’excuses ? Que tu te traines ? Tout aurait été si différent s’il avait dit oui. S’il était parti avec toi quand tu lui as proposé. Il t’aurait gardé à distance des ennuis. Tu le sais. T’en es sur. Parce qu’avec lui, tout est plus simple. Parce qu’il a toujours su calmer ta colère quand vient la nuit. Alors pourquoi c’est pire là ? Pourquoi la culpabilité est aussi forte maintenant qu’il est là ? Maintenant que tu continues ta route, toujours aussi tortueuse. T’aurais jamais du quitter ses bras. Parce que c’est le seul endroit où t’arrives à être vraiment toi. Celui qui sait s’ouvrir parfois. Même Nora l’a jamais vraiment vu. Le Sil amoureux. Tu sais même pas comment il a réussi à faire ça. A t’faire tomber aussi bas. Tu déglutis au son de son abandon. T’as gagné. Comme si t’avais gagné quoi que ce soit. L’award du plus gros connard peut être. Ouais, ça tu l’as peut être gagné. Tu l’mériterais probablement tient. Et pourtant. Peut etre que y’a un truc encore vivant à l’intérieur. Là. Quelque part du coté du coeur. Parce que tu te redresses. Brusquement. « … Part pas… » Tu fermes les yeux. Fort. Tu sers le drap, regrettant presque déjà les mots. Et tu fais quoi maintenant ? Tu replonges corps et âme dans les vieux démon ? Pourquoi t’as autant besoin d’sa validation hein ? Y’a plus rien. Rien de rien. Il doit te détester maintenant. Presque autant que tu le détestes. Et pourtant. Tu t’lèves. Tu poses tes pieds froids sur le sol pour parcourir les quelques pas qui vous séparent. Il a à peine passé la porte. Et t’en es satisfait parce que t’es pas sur que t’aurais eu le courage d’aller plus loin. « … Ca va, part pas… » T’attrapes sa main qui n’est pas posée sur la poignée de porte pour la tirer un peu. Mais il se laisse pas tellement faire. Alors tu changes de cible. Tu ta rapproches un peu plus pour aller fermer la porte. Il éloigne sa main. Peut-être pour pas toucher la tienne. Et il se retrouve là. Comme bloquée entre la porte et toi. Toi qui le domine maintenant de ta taille. Plus comme avant. C’est sombre. Mais tu peux presque entendre son coeur qui bat. Ou bien est-ce le tient ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souslesetoiles.forumactif.com/t25-fuck-you-sil http://souslesetoiles.forumactif.com/t27-sil-the-good-the-bad-and-the-dirty
avatar

LA GUEULE D'ANGE ET L'DIABLE AU CORPS

Je m’excuse pour t’avoir frappé Papa, je préférais mourir plutôt que de te ressembler... Et c’est ce que je suis en train de faire. Mais j’ai tant de colère en moi, et elle vient de toi. Je te déteste de m’avoir fait grandir en pensant que l’amour ça ce méritait et que moi je le méritais presque jamais.






Messages : 298
Multicomptes : none.
Identité : Hunt.thing
Avatar : joe sugg.
Crédits : hunt.thing

Âge : vingt ans et quelques poussières.
Occupation : management commercial, tu sais vendre la mort à la faucheuse.
Côté coeur : faudrait déjà que tu saches de quel coté il est.
Quartier : quand c'est pas la chambre doré familiale, c'est un matelas déplumé du squatt des colocs.

MessageSujet: Re: Sérieusement ?! - Teddil   Dim 25 Nov - 6:04


… Part pas… ça résonne dès que le noir revient. comme un murmure mal entendu. tais toi Sil c'est terminé. les secondes se font longues dans ton hésitation. tu vois Teddie encore une fois t'es beaucoup trop bon. à essayer d'envisager encore des deuxièmes chances qui n'existent pas. trop bon trop con. assis sur les banc de l'église, une part d'ombre qui ne fait pourtant pas le poids face à l'obscurité que Sil amène toujours avec lui. t'aurais du le voir venir il y a déjà des années. lui le blondinet qui se pointait, lui avec des promesses d'un côté, la fatalité comme seconde moitié. t'es stupide à ce point pour tomber dans le panneau une seconde fois ? ça t'a pas suffit la première fois ? l'abandon, la solitude, les coups à n'en plus finir. ça t'a pas finit de sentir tes côtes trop abimé pendant des semaines après que ton paternel se soit aperçu de son absence ? de sentir ce qui te sert de cœur se serrer de culpabilité à chaque coup qui suivait ? t'es coupable de tout Teddie, tu entends ?! coupable de l'avoir laissé filé alors qu'il était sous leur responsabilité, coupable de l'avoir laissé se mettre à travers des corrections de ton père... coupable d'être tombé amoureux. coupable d'être dans cette famille ou tout va mal. t'es coupable encore et toujours, quand tu vends ta came, quand tu t'assois à l'église. t'es coupable quand tu ries, quand tu souries en mensonge. alors quoi, tu devrais de nouveau plonger dans ce gouffre nouvellement créé ? être coupable envers le reste ne suffit plus, tu dois aussi te laisser plonger. plus envie. "va te faire foutre Sil" la porte qui s'ouvre. Ca va, part pas… beaucoup plus proche l'assassin. puis il y a sa main, puis il y a ses doigts, sa peau et ses armes. son arme préférée. "ta gueule Sil" tu résistes autant qu'il s'avance. tu résistes mais derrière y'a sa main qui referme la porte. t'étouffe, besoin d'air, tu coupes le contact avec sa peau. tu le détestes pour tout ce qu'il fout en l'air dans ta vie si parfaite qui n'en a que l'air. comme si le reste suffisait pas. y'a sa présence trop oppressante mais il ne te faut même pas un pas en arrière pour te retrouver dos à la porte. issue de sortie si proche, ça clignote au néon vert comme un signe de liberté. t'as mal. t'as du mal à respirer, une respiration qui ressent la sienne. trop haute tu le sais même dans le noir. il a beaucoup trop grandit Sil, et toi tu refermes une énième fois derrière une porte toute cette colère contre lui, contre le monde. inspire Teddie, y'a rien que tu ne peux pas contrôler. y'a rien que tu ne peux pas laisser s'échapper. et quand la colère s'échappe il reste toujours la même chose, un trop gros tas de souvenirs, un trop gros mélange de cicatrice qu'il arrive encore à réouvrire. qu'est-ce que tu veux au juste, Silvester ? lenteur des mots, douceur d'une voix que tu réussis à nouveau à maitriser. t'essayes de garder la tête hors de l'eau, t'essayes de pas oublier que t'as jamais voulu que ce soit contre lui que tes colères se dirigeait. jamais. tu veux pas lui faire mal, tu te forces à pas être comme lui, à te retrancher dans cette douceur qui autre fois vous caractérisait. te caractérisait face à ses tourments que t'as jamais su vraiment trop maitriser, juste apaiser. tu bas en retrait Teddie, encore une fois; parce que c'est toujours comme ça quand il est là. Tu ne veux pas de moi dans ton lit... penses-tu seulement au double sens ? et tu ne veux pas que je parte, alors c'est quoi le plan ? parce que Sil il en a jamais de plan, parce que sil il fonce tête baissé, parce que Sil c'est pas toi. mais que dans ce face à face, il n'y a pas que lui. il y a vous, même si tu sais pas vraiment ce que ça veut dire là maintenant...

_________________
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system —————.
ce soir j'ouvre le champomy, on fait la fête à Gryffondor.

l'vrai visage:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



☠☠☠:
 


Messages : 1434
Identité : tadshoot
Avatar : lucky blue
Crédits : -

Âge : dix neuf ans
Occupation : combats illégaux et n'importe quoi pour chopper du fric
Côté coeur : coeur à l'envers, qui fonctionne pas autrement que pour des amitiés fracassées
Quartier : le squatt du mauvais côté des rails, entassé avec une bande d'idiots

MessageSujet: Re: Sérieusement ?! - Teddil   Dim 25 Nov - 12:37

Tu soupires vaguement. T’en sais rien d’c’que tu veux. T’en sais foutrement rien. Tu serais probablement pas là si tu savais. En face de lui. L’esprit à l’envers. Comme quoi, il a pas perdu son pouvoir d’te foutre en l’air. Son pouvoir de remettre les évidences en question. La grande évidence. J’ai besoin d’personne. Et contre toute attente, le coeur bat encore trop fort. Non, si t’avais un plan bien formé. Tu serais pas là. A ramasser les morceaux de ton âme. A crier à l’intérieur sous le poids de la culpabilité. Une vie gâchée entre tes doigts trop longs. De toute façon, tu sais pas grand chose toi. P’tit gamin trop con pour marcher droit. Nan, toi, tu sais jamais où tu vas. Et encore moins quand tu t’aventures sur son chemin. « …J’en sais rien… » Tu l’regardes un instant. Lui et ses traits que tu connais par coeur. Même dans la noirceur de la pièce. Ses traits que t’as parcouru cent fois. Qui te rappelait silencieusement qu’il fallait rentrer le soir. En entier. Un temps qui parait si loin et pourtant si prêt. Tu sais pas pourquoi tu fais ça. Pourquoi tu l’retiens si brusquement. Pourquoi t’as si peur de l’décevoir. Peut-être parce qu’il a été l’un des seuls à croire en toi. Vraiment croire. Et aimer ça. Ce coeur qui fonctionne qu’à moitié au fond de toi. « …Tu peux dormir avec moi… » Tu l’souffles doucement. Comme un secret honteux. Le secret d’avouer enfin que t’es peut-être pas aussi fort que tu le voudrais. Que peut être que t’as besoin de lui. Pour garder la tête hors de l’eau. Suffit de voir ce que t’as fais quand il était plus là. Sans vraiment y penser, tu passes ton pouce sur sa mâchoire. Soupire. « … Tu m’détestes hein…? » Ca sort tout seul. Ca tourne dans ta tete. Ca y a surement toujours tourné. Avant même que vous vous rencontriez. Tu m’détestes de débarquer dans ta vie de famille. Tu m’détestes de te forcer à m’réparer dès que je rentre trop tard. Tu m’détestes de pas prendre plus de coups pour toi. Tu m’détestes de pas parler assez. Tu m’détestes de te demander de choisir. Tu m’détestes de choisir pour toi. Tu m’détestes de partir. Tu m’détestes. Hein ? T’esquisses un vague sourire. Faut dire, tu l’as bien cherché. Peut-être même que c’est ce que tu voulais. Depuis qu’il a dit non. Tu voulais qu’il te déteste. Pour justifier son refus. Pour justifier ta colère. Pour justifier ton absence. Tout pour ne pas avouer la douleur. Il te détesterait s’il savait. Peut-être que tu devrais lui dire. L’avouer. Vraiment cette fois. Mais et s’il te détestait vraiment ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souslesetoiles.forumactif.com/t25-fuck-you-sil http://souslesetoiles.forumactif.com/t27-sil-the-good-the-bad-and-the-dirty
avatar

LA GUEULE D'ANGE ET L'DIABLE AU CORPS

Je m’excuse pour t’avoir frappé Papa, je préférais mourir plutôt que de te ressembler... Et c’est ce que je suis en train de faire. Mais j’ai tant de colère en moi, et elle vient de toi. Je te déteste de m’avoir fait grandir en pensant que l’amour ça ce méritait et que moi je le méritais presque jamais.






Messages : 298
Multicomptes : none.
Identité : Hunt.thing
Avatar : joe sugg.
Crédits : hunt.thing

Âge : vingt ans et quelques poussières.
Occupation : management commercial, tu sais vendre la mort à la faucheuse.
Côté coeur : faudrait déjà que tu saches de quel coté il est.
Quartier : quand c'est pas la chambre doré familiale, c'est un matelas déplumé du squatt des colocs.

MessageSujet: Re: Sérieusement ?! - Teddil   Lun 26 Nov - 13:25


soirée tranquille loin de toute altercation, dans cette colocation comme liberté pour un temps... tu as fuis la maison Teddie pour te retrouver au final dans un drame qui aurait sans doute pu être éviter. éviter Sil, c'était si simple au final. tu sais plus trop comment il a débarqué à nouveau; c'était y a pourtant peu de temps mais déjà les informations s'entassent par centaines. le reste n'était qu'un fin évidente et déjà bien entamée. ah oui, ton amie. tu te souviens d'une soirée, des toilettes des filles. et puis de Sil. de lui si longtemps délaissée, de lui si longtemps esquivé. pas du même monde; il a jamais remit les pieds dans le tien pour venir te retrouver après son départ. et toi, malgré tes conneries, tu t'es jamais aventuré si loin. alors les mois étaient devenu des années, mais il a fallut que tu t'en ailles à la recherche d'une fille... passer la porte des wc, replonger dans une relation que t'avais dépassé. tu sais bien que t'es pas le seul à avoir laisser les vieux démons ressurgir... t'es pas con Teddie, tu sais bien que lui aussi il s'est laissé berner. sans doute par sa plus grande habitude, la connerie. penser qu'il était au dessus de tout ça, au dessus du passé. …J’en sais rien… quelle nouveauté. l'envie de soupirer présente, tu te retiens parce que t'es presque pas capable de respirer. lui et ses conneries. ça, ça ne change pas... constat sans confrontation, sans provocation. …Tu peux dormir avec moi… sa voix si basse comme un secret à ne pas ébruité; comme si le dire c'était à moitié rendre les armes et s'oublier. ses mots... tu fronces les sourcils Teddie, tu fronces les sourcils et tes doigts s'éloignent pour de bon de la porte. parce que la nuit vous enferme, parce que la nuit vous recueille. parce que sa voix dans le noir, comme un rappel de vous deux. d'avant, et toi tu plonges stupidement dedans. parce que Teddie t'es pas de ces gars en acier, pas de ceux en armure qui ne cèdent jamais. toi dans toute tes horreurs, ont t'as élevé sur des principes que tu peux pas oublier. écouter.
quand ses doigts touchent ta peau, tu sens le long de ton dos un frisson qui t'inspire pas confiance. l'écouter, t'inquiéter; tu peux bien te laisser aller à ses manques de votre passé; mais tu n'es pas sur que t'as envie d'y sombrer. parce que vous avez grandit, parce que vous n'êtes plus les mêmes. parce que vous êtes trop différents, tu trouves milles raisons. … Tu m’détestes hein…? idiot. faux. la nuit fait silence. autour de vous plus personne est là, juste le sommeil qui vous entoure et vous deux, bestioles de la nuit qui avaient toujours veillés après les autres. ça te convenait pas quand j'étais amoureux faut dire.. que tu souffles en réponse à sa connerie. parce que c'est vrai ça, à la fin il veut quoi ? ça ne convenait pas que tu l'aimes, il préférait partir et sa liberté; et maintenant le détester devrait aussi l'embêter. il est trop grand Sil, il a trop grandit le gars qui faisait la même taille que toi il y a des années de ça. il faut que tu lèves la tête même dans le noir pour trouver son visage quelques centimètres au dessus de toi. pas de beaucoup, mais assez pour montrer à quel point oui le temps à passé. t'es sans doute plus trop toi parce que tes doigts partent sur son visage. parce que y'a ton index qui retrace un bref instant le bout de son nez,avec un sourire parce que tu visais son menton. pas si grand que ça le blond. mais bien vite y'a l'arc de sa lèvre sous ta peau et tu repousses à nouveau le silence. y'a que toi qui te détestes... t'as jamais su vraiment pourquoi. sans doute pour trop que de raisons à connaître, sans doute pour de nouvelles raisons depuis. t'es pas lui, tu n'as pas sa vie. petit garçon élevé dans une grande villa. pas les mêmes problèmes. jamais les mêmes problèmes. alors tu profites finalement de ce soir, de son calme, de sa voix. parce que tu sais bien que demain il reprendra ses airs joueurs, mesquin, qu'il se drapera dans un personnage que tu ne saisis plus.
il te suffit que d'un mouvement pour t'en écarter, de la porte et de lui aussi. juste vaguement parce que déjà il y a son tee-shirt entre tes doigts. Teddie girouette, qui change d'idée et de personnalité. Teddie comme deux face d'une pièce qui vole. un pas en arrière, un pas vers le lit, les doigts qui ne le lâchent pas.


_________________
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system —————.
ce soir j'ouvre le champomy, on fait la fête à Gryffondor.

l'vrai visage:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



☠☠☠:
 


Messages : 1434
Identité : tadshoot
Avatar : lucky blue
Crédits : -

Âge : dix neuf ans
Occupation : combats illégaux et n'importe quoi pour chopper du fric
Côté coeur : coeur à l'envers, qui fonctionne pas autrement que pour des amitiés fracassées
Quartier : le squatt du mauvais côté des rails, entassé avec une bande d'idiots

MessageSujet: Re: Sérieusement ?! - Teddil   Sam 8 Déc - 9:07

Tu sais pas. Tu sais rien. Il s’en moque mais vous savez tous les deux que c’est une sale vérité. Tu sais pas grand chose. De tous ces trucs à l’intérieur. On t’a jamais appris à comprendre les émotions. On t’a jamais appris grand chose d’ailleurs. Ce que tu connais, tu l’as compris tout seul. Savoir se battre. Ne jamais tomber. Continuer à marcher. Encore et encore et encore. Jusqu’à ce que t’en crève.

« C’est toi qu’a pas voulu partir avec moi j’te signale… » Tu retiens le reste. L’important finalement. J’aurais pas proposé ça à quelqu’un que j’aimais pas. Mais tu sais pas dire ces mots là. Les mots tendres. Les mots doux. Ceux qui viennent de la vérité. J’aurais aimé qu’on s’enfuit à deux. Qu’on cherche autre chose. Un monde meilleur. Peut-être que tout aurait été différent. Peut-être que t’aurais été différent. S’il avait été là. T’aurais probablement pas fini par buter un gars. T’aurais probablement pas été te mettre autant dans la merde. Pour lui.

« Jt’emmerde. J’me déteste pas … » Et pourtant. Tu supportes de moins en moins ce reflet le matin. La lueur de culpabilité au creux des yeux. Les mains sales d’avoir trop frappé. Le coeur lourd d’avoir trop bu. Mais peut-être que tu l’as jamais vraiment aimé ce reflet. L’écho d’un passé dont on voulait se débarrasser.

Tu soupires doucement en le sentant t’attirer à lui. Doucement. Tellement doucement. Tu fermes les yeux un instant. T’aurais tellement besoin de te laisser faire. De le laisser faire. Pour remplir un instant ton coeur trop vide. Mais tu l’abimerais encore. Toujours. Sale gamin qui détruit tous les jouets qui lui passe sous la main. « …Tu fais quoi…? » Tu sais pas ce que t’attends comme réponse. Tu sais pas ce que t’attends comme acte. Pourquoi est-ce qu’il faudrait toujours tout savoir ? Peut-être qu’on devrait tous le laisser aller à rien savoir. Pas savoir ou aller. Ni quoi faire. Ni quoi penser. Juste se perdre dans l’incompréhension. T’attrapes doucement sa main. « Est-ce que tu peux juste rester ? » Tu devrais en profiter. Te perdre dans ses baisers. Idiot. Est-ce que la mort t’as rapproché du genre humain ? Tu le fait lâcher ton tee-shirt. Comme pour lui dire que vous êtes pas obligé. Il est pas obligé. T’as pas envie de lui donner l’impression de lui forcer la main. Pas pour le faire fuir encore. Comme avant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souslesetoiles.forumactif.com/t25-fuck-you-sil http://souslesetoiles.forumactif.com/t27-sil-the-good-the-bad-and-the-dirty
avatar

LA GUEULE D'ANGE ET L'DIABLE AU CORPS

Je m’excuse pour t’avoir frappé Papa, je préférais mourir plutôt que de te ressembler... Et c’est ce que je suis en train de faire. Mais j’ai tant de colère en moi, et elle vient de toi. Je te déteste de m’avoir fait grandir en pensant que l’amour ça ce méritait et que moi je le méritais presque jamais.






Messages : 298
Multicomptes : none.
Identité : Hunt.thing
Avatar : joe sugg.
Crédits : hunt.thing

Âge : vingt ans et quelques poussières.
Occupation : management commercial, tu sais vendre la mort à la faucheuse.
Côté coeur : faudrait déjà que tu saches de quel coté il est.
Quartier : quand c'est pas la chambre doré familiale, c'est un matelas déplumé du squatt des colocs.

MessageSujet: Re: Sérieusement ?! - Teddil   Dim 23 Déc - 2:44


C’est toi qu’a pas voulu partir avec moi j’te signale… toujours le même refrain, toujours les mêmes mots et le même retour en arrière. douleur toujours présente, culpabilité exacerbée. la vision que trop connue d'une fenêtre ouverte la nuit et de son regard décidé, de cette fuite en avant et de ton incapacité. Sil il connait pas, Sil il ne sait pas. alors choisir ton enfer plutôt que son échappatoire, il a pas pardonné. jamais, tu le sais. dans son regard ce soir là, dans ces mots maintenant. c'est toi qui a voulu fuir... reproche en miroir, il n'y a pas d'échappatoire à vos maux. tu le sais bien, alors tu le dis sans accusations. en vrai t'as jamais été vraiment capable de lui en vouloir. pourquoi décider de rester chez toi, entre les contraintes de bienséance, et les coups qui pleuvaient. lui qui était attaché à rien, lui que rien ne liait. tu lui en veux pas tellement. pas pour ça. soupire, t'en as marre de te battre contre lui. tu n'as jamais voulu commencé, tu n'as jamais été pris par l'envie d'avoir le dernier mot, de t'imposer. face à Sil t'as toujours su que c'était pas le bon chemin. Jt’emmerde. J’me déteste pas … ba bien sur, t'es pas bien certain que son propre regard soit d'accord avec lui. tu l'as ferme Teddie, tu gardes ça pour toi, encore une fois tu ravales tes mots et ce qui pourrait être dit à voix haute pour lui montrer que t'es pas con. que t'es pas un petit garçon transparent sans défense. mais à quoi bon, t'as jamais voulut tout prouver à voix haute.

tes doigts attrapent juste son tee-shirt pour le faire venir vers toi, vers ton lit. parce que t'es pas certain de vraiment pouvoir attraper sa main, d'avoir le cran de le faire. ou même que ce soit très sain. …Tu fais quoi…? Est-ce que tu peux juste rester ? pour un Sil c'est assez nouveau comme demande; mais ça t'empêche pas de comprendre ce qu'il pense et d'en ricaner sans méchanceté. relax Don Juan, j'vais pas abuser de toi. t'en as peut être pas l'habitude mais je te promet qu'on peut gérer ses pulsions face à toi. c'est moqueur mais trop doux, parce que tu cherches pas à l'emmerder. mais aussi parce que tu cherches rien avec lui. ça fait longtemps maintenant, trop longtemps. tu l'as pas attendu pour t'occuper autrement; la page était tourné. et t'es pas sur de pouvoir vraiment sauter le pas pour y retourner. tu le pousses vers son lit celui qui tu occupais y'a encore quelques instants. son lit ou le tien ? tu mélanges pour la nuit, alors que tu regagnes le matelas le laissant s'y installer. évidement que les pensées sont présentes, mais t'as sans doute beaucoup trop de self-control pour tout laisser s'embrouiller. Teddie sans spontanéité.

_________________
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system —————.
ce soir j'ouvre le champomy, on fait la fête à Gryffondor.

l'vrai visage:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



☠☠☠:
 


Messages : 1434
Identité : tadshoot
Avatar : lucky blue
Crédits : -

Âge : dix neuf ans
Occupation : combats illégaux et n'importe quoi pour chopper du fric
Côté coeur : coeur à l'envers, qui fonctionne pas autrement que pour des amitiés fracassées
Quartier : le squatt du mauvais côté des rails, entassé avec une bande d'idiots

MessageSujet: Re: Sérieusement ?! - Teddil   Mar 25 Déc - 13:59

« Hahaha, très drôle… » Tu grognes doucement. T’aimes pas te sentir en position d’infériorité. Comme si c’était lui qui avait le pouvoir. Tu veux contrôler. Tout. Tout pour ne pas te faire sombrer. Pourtant, tu rajoutes rien. Quand il te pousse gentiment sur ton lit - ou son lit, selon les points de vue. Tu te contentes de te glisser jusqu’au bout du lit et te blottir sous la couette. Tu le regardes dans la pénombre, surprenant son coeur battre un peu trop vite. Idiot. Tu devrais fuir. Mais son odeur posée là sur l’oreiller provoque en toi un doux sentiment de sécurité. Ce qui manquait cruellement ces dernières semaines. Là bas, sur la route. L’impression d’appartenir à rien. Parce que c’est ce que t’as toujours cherché au fond. Appartenir à quelque chose. Un truc plus grand que toi. Une famille. Qu’elle soit vraie ou fabriquée. L’orphelinat. Les Holzenburg. Le gang. Tout a toujours été une question d’appartenance. De besoin d’être entouré. Là bas, t’étais seul. Foutrement seul. Y’avait bien quelques filles et Azur mais c’était différent.

Il s’allonge et tu peux pas t’empêcher d’esquisser un léger sourire. Sentiment de déjà vu. T’as envie d’le prendre dans tes bras, mais tu sais que c’est con et pas franchement une bonne idée. Alors tu t’tournes. Tu t’fous du coté du mur, te contentant de sa présence tout prêt de toi. Il te souffle bonne nuit et tu grognes en retours. Tu sais pas comment t’en es arrivé là. En vingt minutes à peine. T’es une putain de girouette. T’aurais surement mieux fait d’aller dormir sur le canapé. Ou n’importe où. Mais tu peux pas vraiment remettre la faute sur lui. Ou au mieux, sur ton putain d’instinct idiot. Celui d’le rattraper. De lui dire de rester.

Tu t’réveilles entre ses bras. Grognement. Pourtant, t’as pas aussi bien depuis des mois. Peut être des années. Tu l’repousses sans grande grâce avant d’te lever, lui marchant à moitié dessus pour sortir du lit. Retour à la réalité. T’es censé l’détester.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souslesetoiles.forumactif.com/t25-fuck-you-sil http://souslesetoiles.forumactif.com/t27-sil-the-good-the-bad-and-the-dirty
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Sérieusement ?! - Teddil   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sérieusement ?! - Teddil
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sous les étoiles. :: CRESCENT HEIGHTS :: night falls :: Logements-
Sauter vers: