les rps libres
ajouter.
-- -- -- -- -- -- -- -- --
overthinking; avec silence st-clair

Partagez | 
 

 idwlya...sil (flashforward)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
- peroxydé -
avatar

B Y E B Y E B L O N D I E


Messages : 81
Identité : shaan
Avatar : shears
Crédits : moi, girlsofyff

Âge : vingt-et un ans. l'âge légal pour boire, pour vivre et pour aimer.
Occupation : il danse, azur. il danse, court, vole, aime. il s'essoufle entre les corps suants, dégage de l'animosité dans ses gestes. mais il peint, surtout, ange. il peint, il vend, collectionne, comme un adolescent avec des timbres.
Côté coeur : il vague, divague entre les corps. mais il n'aime plus qu'elle, maintenant. unique fleur du bouquet aux effluves enivrantes.
Quartier : même s'il vole un peu partout, east vista c'est le nid.

MessageSujet: idwlya...sil (flashforward)   Lun 10 Sep - 12:37

azur, il vient de se casser. puis le matin-même il s'est teint les cheveux en noir, l'ange, le décoloré. et ça change, ça fait bizarre, ça en trouble plus d'un. et crystal elle a pas bronché, juste froncé les sourcils. mais elle a pas posé de question. parce que crystal elle pose pas de questions, nan, elle hoche juste la tête, et continue son chemin. puis elle a raison, crystal. parce que y'en a trop qui posent trop de questions, à l'inverse d'elle. et c'est une bonne chose, chez elle, ça. une qualité, ouais.
puis l'ange il va enfin s'envoler, et il va plus avoir à aider qui que ce soit, à la fin. parce qu'il aura plus qu'à s'aider lui-même. lui et personne d'autre. et il a tout craché à la gueule de rory, tout à l'heure. et il pleuvait, puis c'était le soir. mais il s'en fichait, azur. parce qu'il avait beau avoir les cheveux collés au visage, puis les vêtements trempés, ben ses idées elles étaient claires, elles étaient là, et elle les a enfin entendues. elle a enfin entendu ses sentiments, oui. et le pire c'est que nox aussi il a entendu tout ça. parce qu'il était là, à la fin. et y'avait crystal aussi. sorte de réunion amoureuse, on aurait dit. mais azur il s'en foutait. et c'était un putain de spectacle, au final. azur affichant enfin ses sentiments. putain de menteur qu'il faisait, à jouer le meilleur copain, à jouer le confident, le sauveur. mais c'est lui qui a besoin d'être sauvé, finalement. lui et personne d'autre.
et il a toujours les larmes au bord des yeux, azur. sorte de maquillage presque permanent qu'il a décidé d'adopter pour un petit bout de temps. et puis il a préparé pas mal d'affaires, elles étaient déjà prêtes avant qu'il parle à la princesse, à l'ange maintenant déchu. et il a enjambé la bécane, monté à cheval sur pégase, près à retourner au paradis, loin des enfers dans lesquels il s'était maintenant si bien conforté, sorte de sensation de bonheur factice dont il se détachait enfin.
et il fout son casque sur ses cheveux maintenant noir corbeau, l'enfonce bien et le ferme. et il pleure encore, l'ange. parce qu'il y a quelque chose de brisé, à l'intérieur, maintenant. quelque chose qui sera plus jamais comme avant. et il a dit au revoir à personne, nan. puis c'est pas comme s'il leur manquera, quoi. il a laissé un petit mot pour crystal, rien que ça. une lettre, un peu d'argent, et des peintures, avec l'adresse d'ezra en bas pour qu'elle aille lui en acheter, si elle comprend comment faire. puis elle aura toujours son numéro, de toutes manières.
et il roule, roule un peu avant que la douleur soit trop forte, que les soupirs soient trop bruyants, qu'il n'y voit même plus rien et qu'il ait besoin de s'essuyer les yeux un moment, puis qu'il essaye de respirer un peu, s'il y arrive. et il enlève son casque, renifle. puis il tourne la tête, et il est postiché devant un bar, puis il arrive même pas à lire le nom, parce que c'est trop flou, sorte de pluie qui lui brouille le regard. et y'a un blondinet devant le bar. puis il a l'air aussi perdu qu'azur, enfin un peu moins, sûrement. et l'ange il sort une clope de sa poche, entre deux larmes. mais il a pas de feu, le bonhomme, il a rien de chaud, rien de brûlant sur lui. parce qu'il a perdu toute flamme qu'il pouvait posséder auparavant. et il met la béquille, lève son cul et se ramène devant le mec.  puis entre deux reniflements, il balance un t'as pas du feu s'il te plait?
et il rigole un peu, rire étouffé par les larmes, rire tout con d'un mec tout triste. et la clope s'éteindra sûrement avec la pluie, mais pas grave. il aura qu'à lui redemander, au pire. puis la vision s'éclaircit et les traits du blond se redéfinissent. et l'air humide remplit les poumons de l'ange, l'ange qui pleure moi, d'un coup. parce que d'un côté l'ange il est plus seul, là.

i don’t wanna love you anymore
i don’t wanna love you anymore
from the start i never thought i’d say this before
but i don’t wanna love you anymore


_________________


"whatever we had is gone" (c) signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souslesetoiles.forumactif.com/t1548-i-saw-an-angel-azur http://souslesetoiles.forumactif.com/t2010-smoko-azur
avatar



☠☠☠:
 


Messages : 1328
Identité : tadshoot
Avatar : lucky blue
Crédits : -

Âge : dix neuf ans
Occupation : combats illégaux et n'importe quoi pour chopper du fric
Côté coeur : coeur à l'envers, qui fonctionne pas autrement que pour des amitiés fracassées
Quartier : le squatt du mauvais côté des rails, entassé avec une bande d'idiots

MessageSujet: Re: idwlya...sil (flashforward)   Dim 16 Sep - 1:40

Jo va gueuler. T’as même pas laissé d’mot. Et t’as lissé la plupart de tes affaires là bas. T’as juste pris ce qu’il y avait d’important. Pas grand chose quoi. Mais Ike a raison. Il est temps de s’éloigner. De prendre du recul. Pour toi. Pour les autres. Tu sais pas tellement ou aller. Ni pour combien de temps. Tu sais juste qu’il faut faire profil bas. Et que c’est pas en restant là bas que t’y arriveras. Alors tu t’es cassé. Sac sur le dos. Et tu marches. Parce que de toute façon, tu sais pas conduire. Puis tu sais pas où aller. Alors à pied, c’est pas si mal. Tu lèves le pouce dès qu’une voiture passe, laissant le destin te diriger. Mais pour l’instant, il te dirige pars très loin. Et pourtant. Y’a ce gout d’inconnu dans chaque pas que tu fais. Est-ce que c’est ça le poids ce pincement au coeur ? Partir dans l’inconnu sans savoir où aller ? Parce que t’as beau faire ton mec, t’es jamais vraiment sorti de Night Fall. Ca a toujours été ton terrain de jeu. Celui que tu connais par coeur. Et aujourd’hui, c’est sur une page blanche que tu t’aventures.

T’as ignoré la pluie quand ça a commencé à tomber. Tu t’es dis que c’était bien fait. Que de toute façon, tu l’méritais. Pour tout. Absolument tout. Pour entrainer toujours tout le monde dans tes merdes sans savoir les affronter. Pour te casser sans rien expliquer. Pour ne plus parler à la seule qui a toujours compté. Et pourquoi ? Pour ne pas t’avouer vaincu ? T’es déjà vaincu depuis longtemps. A croire que t’as jamais su te battre finalement. L’gamin qui rejoint un gang et qui devient taré quand ça tourne mal. C’était aussi prévisible que l’sang qui coule quand on coupe la peau. Connard. L’eau a fini par te mouiller jusqu’à l’os. Tremblant malgré toi. Et tu faisais pas l’fier quand t’es arrivé à c’te bar de bord de route. Un truc de vieux camionneur. T’as mis presque deux heures avant d’te réchauffer. A dépenser tes billets pour un whisky qui rallume l’intérieur. A laisser la serveuse t’arracher des sourires. Avant, tu serais déjà en train de la prendre dans l’arrière salle. Aujourd’hui, tu sais plus trop. Tu finis par sortir pour fumer. Pour te changer les idées. Il pleut toujours autant, c’est déguelasse. Alors tu restes sur le bord. Pour rester protégé. T’observes la nuit qui s’est installé. Et ce silence étrange du milieu de la foret. Silence rapidement brisé par le bruit d’un moteur. Tes yeux le suivent. Seule distraction. Tu regardes sa bécane rentrer sur le parking puis se garer. Tu l’aimes bien sa bécane. Puis tu l’observes lui qui en descend et s’dirige vers toi. Puis t’observes sa gueule. Haussement de sourcil. Il chiale ou quoi ? Y’a cette espèce de deception qui se faufile à l’intérieur. Tu t’étais fais l’image d’un gars un peu badass. Et voila qu’il a l’air d’être sur le point de s’écrouler. Tu marmonnes vaguement quand il te demande un briquet. Nonchalant. Il avait qu’à pas te décevoir. Tu récupères pourtant le petit objet avant d’le lui lancer. Comme si t’allais allumer sa clope. T’es pas mère Teresa non plus. Tu l’regardes. T’hésites un instant à parler. Parce que t’as aucune envie d’consoler quelqu’un. T’as assez d’emmerdes pour pas t’occuper de celles des autres. Pourtant, les mots finissent par sortir. « … Tu fous quoi dans l’trou du cul du monde ? » Tu parles de Crescent qui est finalement qu’à peut etre une heure de voiture. Puis du milieu de la foret. De ce bar un peu moisi. De tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souslesetoiles.forumactif.com/t25-fuck-you-sil http://souslesetoiles.forumactif.com/t27-sil-the-good-the-bad-and-the-dirty
 
idwlya...sil (flashforward)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sous les étoiles. :: CRESCENT HEIGHTS :: night falls-
Sauter vers: