Bienvenue petite étoile Tu songes à te joindre à nous ? Pense à privilégier les groupes rigel et stella, car comme les étoiles filantes, ils se font beaucoup trop rares.


Partagez | 
 

 beuh fm (nala)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
team pomme d'amour
team pomme d'amour
avatar


Messages : 66
Identité : spf/ mariejo
Avatar : yvonne logan
Crédits : hedgekey (avatar) tumblr (gif profil), ASTRA (codage signature), CIGARETTE DAYDREAMS (icon signature)

Points : 20
Âge : vingt et un, plus que six ans avant de crever
Occupation : étudiante en sociologie, animatrice de la radio du campus, faussaire mais uniquement le dimanche, faut pas déconner.
Côté coeur : a gauche, pourquoi t'es cardiologue ?
Quartier : chez ta mère

MessageSujet: beuh fm (nala)   Mer 24 Jan - 12:21


- beuh fm -

« Aller les gars, c'est vendredi, bon courage pour votre gueule de bois et vos dernières heures de cours », tu coupes le micro, masse tes tempes pour faire disparaître ta propre gueule de bois. C'était une bonne soirée, un jeudi comme les autres, mouvementés. T'as encore les flashs des néons dans les yeux, et les basses dans la tête. T'as séché les cours de la matinée, choisissant d'arriver comme une fleur à treize heures pour prendre ton créneau à la radio du campus. Ça par contre, gueule de bois ou pas, tu ne l'aurais pas loupé. Pour rien au monde. C'est un peu ton truc à toi, ton échappatoire. T'as l'impression d'être vraiment toi quand t'es derrière le micro. T'as l'impression d'être libre de dire ce que t'as envie, sans te soucier de ce qu'on pense de toi ou de ce qu'on raconte en messe basse, en chuchotement dans ton dos. Ouais tu l'aimes ta radio, le petit studio coincé au fond du couloir, pas loin des locaux attribué au club audiovisuel. Tu l'aimes bien cet endroit, il a quelque chose de rassurant, de serein, malgré l'ambiance électrique qui y règne la plupart du temps, c'est un endroit que tu trouves plutôt apaisant. Mais pas quand on a une gueule de bois comme la tienne. Pas quand on a tous les tambours de la planète qui se déchaîne dans ton cerveau. Putain. A t'en taper la tête contre les murs. Faut dire que les dernières trois heures passer derrière le micro n'ont rien arrangé. La musique se termine. Tu reprends le micro. « Et on n'oublie pas ce soir d'aller supporter nos Ours pour la demi-finale », toi ta nullement l'intention d'aller les supporter ce soir. Déjà parce que tu détestes le football américain, ou même le football tout court, et puis aussi parce que t'as mieux à faire que de te cailler les miches sur des bancs inconfortables au milieu d'une foule de dégénéré puant la bière. Quoique la bière puisse être la seule raison qui te pousse à y aller. Mais pas ce soir. Pas en gueule de bois. T'as pas encore trouvé la motivation de sortir ce soir, et pour le moment ton programme se cantonne à une pizza devant le dernier film d'horreur à la mode, en te fumant un petit joint comme dessert. En parlant de joint, tu dégaines ton téléphone juste après avoir relancé le titre suivant. Tu tapes quelques mots, lui demande si elle peut passer au campus pour un gramme, si elle peut rendre ton vendredi soir moins noir et moins naze, te vendre un peu « d'herbe folle », rendre ton monde plus vert et plus beau. Tu lances les derniers titres, prête à partir, quitter le studio, passant le relais à ton collègue. « … Et sur ce je vous laisse avec un bon vieux Rolling Stones, Sympathie fort the devil », t'enfile ton cuir, traverses les couloirs à toute allure, presser de sortir d'ici, de retrouver la lumière du jour, le soleil blafard de ce mois de janvier. Il est déprimant le soleil, lui aussi en berne, en gueule de bois sûrement, comme toi. Il arrive quand même à te faire plisser les yeux alors que tu t'étales sur le premier banc que tu croises, la clope déjà coincé entre tes lèvres. Tu fermes les yeux un moment, laissant le rare rayon du soleil te réchauffer, coloré peut-être ton visage trop blanc. Tu sens l'ombre qui s'approche, trop près. Tu râles sans même ouvrir les yeux. « Tu me caches le soleil »

_________________


comme des garçons
j'aimais les filles cinglées parce qu'elles n'ont pas de limites, elles passent leur temps à provoquer. Parce qu'elles vont vite sans s'arrêter, respirent juste le temps de reprendre leur souffle entre deux embardées. Parce que, par instant de grâce,elles sont belles comme un matin de fin du monde. Parce qu'elles font mal à regarder, et qu'elles n'aiment personne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
team coeur chocolaté
team coeur chocolaté
avatar

Messages : 78
Multicomptes : calypso névoa
Identité : niepotvin|écailles de lunes|alien babe|bleue amiante
Avatar : emily bador
Crédits : praimfaya|pando|morphine

Points : 17
Âge : vingt et un grammes
Occupation : vendeuse d'espoir volatile sous toutes ses formes
Côté coeur : le coeur ossements amouraché l'instant d'une nuit lorsque la solitude vient troubler l'obscure.
Quartier : night falls

MessageSujet: Re: beuh fm (nala)   Mer 24 Jan - 16:37



► herbes folles
beuh fm
Nala & Janis
le soleil en reflet sur la neige d'un blanc immaculé déforme ta vision, aveuglante source de chaleur-lumière, pratique pour réchauffer ta peau caramélisée rougie par le vent cyberien de ce mois de janvier interminable, mais tout le contraire pour tes rétines fatiguées par les nuits sans étoiles. le son de tes pas dans la neige qui craque sous ton poids, le bruit de la circulation, des voitures qui passent, des passants qui s'entassent, qui parlent, qui font du bruit, ça te claque les oreilles, ça te mets sur les nerfs, les sens en alertes. dans ton sac, tu traînes quantité industrielle de rêverie, toute empaquetée dans de jolis sacs plastique, prêts à être distribués. pour tous les goûts, des sourires liquides aux rêves volatiles. t'as même pas envie de savoir ce qu'il t'arriverais si tu te faisais prendre.

et pourtant.
la vibration de ton portable résonne contre ton corps, coupe tes idées comme ont coupe un ruban rouge. l'écran digitale de ton portable t'offre une luminosité agréable à l'oeil et tu te surprends à remercier mentalement la personne responsable de cet écran-solaire. janis. t'as pas vraiment besoin d'ouvrir le message pour deviner les mots qui s'y cachent. herbes folles. un gramme. l'école. c'est pas si loin, quelques coins de rues à peine. comme la destinée qui se fout de ta gueule ouvertement. tu remet le portable à sa place et tes pieds s'activent d'eux-mêmes au lieu du rendez-vous. l'école. un frisson éclair qui te traverse l'épiderme. t'as jamais mis les pieds dans une école, c'est balthazar qui t'as tout appris. t'as pas eu l'adolescence que t'aurais du avoir, envolée en fumée. et pourtant t'es là, les deux pieds comme implantée dans le béton enneigé, à chercher une chevelure blonde, une personne mise en attente. tu la trouves sur un banc, les paupières fermées, comme un félin qui se prélasse au moindre rayon de soleil. "tu me caches le soleil." ça confirme bien tes pensées étourdies.

- ah. si tu veux je m'en vais?

un sourire cramoisi sur les lèvres, t'attends une réaction. le ton sarcastique de tes mots piqueront sa curiosité, surement. tu regardes autours de toi, t'inspecte les alentours. mais toi, tu sais pas à quoi ont identifie un professeur, tu sais pas ce qui est normal ou pas. alors tu te fais une place sur le banc, tu décides de t'imprégner du moment, de faire comme si t'étais normale, comme si t'avais reçu la même éducation que tout le monde, comme si t'étais l'une des leurs, l'instant d'une transaction.

CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souslesetoiles.forumactif.com/t751-les-rugissements?nid=1 http://souslesetoiles.forumactif.com/t754-lana-dommage-collateral#11263
 
beuh fm (nala)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sous les étoiles. :: CRESCENT HEIGHTS :: east vista :: Campus-
Sauter vers: