Bienvenue petite étoile Tu songes à te joindre à nous ? Pense à privilégier les groupes rigel et stella, car comme les étoiles filantes, ils se font beaucoup trop rares.


Partagez | 
 

 don't give me those eyes / jude.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
team coeur chocolaté
team coeur chocolaté
avatar

i've missed your calls for months it seems,
don't realize how mean i can be.


[heavy breathing]

Messages : 85
Identité : les draps bleus/val.
Avatar : jack falahee.
Crédits : ava © milles rêves, quote @halsey, icons by solosand.

Points : 20
Âge : vingt-quatre ans.
Occupation : doctorant en mathématiques, activiste libertaire, militant pour la cause lgbt.
Côté coeur : corps brisé.
Quartier : fair haven.

MessageSujet: don't give me those eyes / jude.   Ven 26 Jan - 9:42


- don't give me those eyes -
photos © grace adams / ft. @jude hawkins


Change moves in spirals.
Not circles.


Sa tête dodelinait au rythme des basses. Le cou tendu, à tous les fauves. Stroboscopes enrobant sa silhouette de rose et de bleu. Les yeux fermés, ou bien en perdition. Son regard se perdait, voguait sans condition. D’un point à un autre, sans accroche. D’un corps à un autre, d’un sourire à un autre. Les lèvres retroussées, un coin relevé. Comme son sourcil, en fixant un de ces hommes à quelques mètres de lui. Au milieu de la foule habituelle. Celle qui se pressait et l’entourait. Celle dans laquelle il se noyait, dès qu’il le pouvait. Des frissons dans la nuque. Il connaissait la plupart de ces lèvres. Il en avait embrassé bien assez. Une main dans son dos, un regard en arrière. Se défiler, la fuite en avant. Le coeur battant. Comme les portes, comme ses cils. Sous les néons blafards, carrelage blanchâtre. Le reflet des miroirs. L’autre était reparti. Et il ne savait plus exactement. Depuis combien de temps il était là. À se fixer dans le blanc de l’oeil. À compter les vaisseaux affleurant à la surface de la sclérotique. De l’eau glacée sur le visage. Retour à la réalité. Une bouffée d’oxygène. Se rincer la bouche, encore une fois. Un reniflement. Un toussotement. Les épaules en saccades, vingt-quatre images par seconde. Il lui avait souri, du flou sur les pupilles. Les doigts nerveux glissant dans ses boucles. Se recoiffer, effacer les méfaits. Ravaler sa salive. Un couteau dans la gorge. C’était difficile, d’apprendre à nouveau à déglutir. Tu sais c’que c’est, ton surnom ici ?

Il avait récupéré sa veste trop grande.
Il était sorti, dans la nuit.
De la vapeur fumant à chaque expiration, des aiguilles dans les poumons.

Cul d’bitch.
Et il n’avait rien dit.

Il fallait se serrer et se replier sur soi, pour seulement essayer d’échapper au froid. Dans la torpeur d’une cigarette qui avait mis trop de temps à s’allumer. Un soupir. La nicotine après le sel de sa peau. L’amertume de la bile, dans le fond de sa bouche. Le goût de ces soirées qui s’égrainaient. Se ressemblaient. Se dissociaient. Et se perdaient dans le temps. Des journées et des nuits. Et les souvenirs qui se mélangeaient dans un épais brouillard. Il avançait à tâtons, il naviguait à vue.

Thèse.
Boîte.
Manif.
Thèse.
HumpR.
Blog.
Boîte.
HumpR.
Ex.
Thèse.
Boîte.
Vodka.
Boîte.
Thèse.
HumpR.
Boîte.
Ex.
Boîte.

I’ll only ask one last time. Did anything else happen that night ?

Il ne s’était pas rendu compte. Qu’il s’était mis à pleurer. Des larmes aux yeux, et des larmes sur les joues. Foutue bise glacée. Essuyer l’écume du revers de la main, prendre une dernière bouffée de goudron. Un coup d’oeil alentour. Traîner des pieds, les rangers grattant le béton. Le lit qui l’attendait était froid. Les dernières nouvelles n’étaient pas bonnes. Elles ne l’étaient jamais. Les algorithmes étaient insupportables à mettre en place. Des chiffres et des chiffres. Des courbes et des frissons. I need you to tell me the whole truth, Mr. Muñoz. Son estomac s’était tordu. Une pression, un haut-le-coeur. Quelques rues plus loin. Le centre-ville, les pas perdus. Et se plier dans l’ombre d’un coin de rue. Faire sortir le mal qui n’attendait que ça. La brûlure dans sa gorge. Prêt à aboyer, prêt à mordre. Chien errant, chien battu. Bête trempée prête à sauter au premier faux mouvement. Cracher sa haine. Figure ombrageuse, spectre dans la nuit. Un pas de travers. Une seconde avant la fin.

Les phares de la voiture léchaient son profil.

_________________

smalltown boy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souslesetoiles.forumactif.com/t741-cent-vingt-battements- http://souslesetoiles.forumactif.com/t746-andy-visions-of-gideon
 
don't give me those eyes / jude.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sous les étoiles. :: CRESCENT HEIGHTS :: fair haven-
Sauter vers: