Bienvenue petite étoile Tu songes à te joindre à nous ? Pense à privilégier les groupes rigel et stella, car comme les étoiles filantes, ils se font beaucoup trop rares.


Partagez | 
 

 at least we're under the same stars (calypso)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
team pomme d'amour
team pomme d'amour
avatar



Now there's so many thoughts goin' through my brain,
And now I'm takin' these shots like it's Novocaine

Messages : 148
Identité : spurry
Avatar : gregg sulkin
Crédits : twister

Points : 246
Âge : 24
Occupation : co-owner of the roaring lion since his mom's death
Côté coeur : Please raise your hand if you have ever felt personally victimised by Gemma de Salm.
Quartier : the one where broken souls go and lie under the lost stars

MessageSujet: at least we're under the same stars (calypso)   Ven 2 Fév - 15:17

Boum, boum, boum. S'il ne l'entendait pas distinctement dans le calme de la nuit, Nikos aurait cru que son cœur avait tout simplement disparu. Deux semaines qu'il avait laissé son clavier en plan, le Moleskine où il gribouillait des paroles et des notes négligemment posé dessus. Lui qui pourtant aimait son intérieur millimétré. La lune est pleine, haute dans le ciel et baigne Crescent Heights dans un halo presque surnaturel. Des petites tâches de lumière se suivent en contre-bas sur la nationale qui longe la forêt tandis que les lumières de la ville brillent de mille feu. Le planétarium est fermé depuis longtemps, si bien que même les lampadaires qui indiquent normalement leur chemin aux visiteurs sont éteints eux aussi, plongeant Nikos dans la paix nocturne qu'il était venu chercher. Dans ses oreilles, fichés ses écouteurs, Night Trouble de Petit Biscuit y passe en boucle et dans sa main l'éternelle bouteille de Jack. Tant pis pour la route qu'il prendra après, il connait chaque virage par coeur et puis de toute manière que pourrait-il lui arriver de pire que le vide qui le taraudait. Il y avait eu Cece, Gemma, son père qui avait réussi à lui foutre suffisamment les nerfs. Il était de moins en moins au Roaring Lion, laissant à Nikos toutes les responsabilités qui s'y rapportaient. Il lui avait demandé de céder ses parts si c'était pour jouer les touristes, mais Stavros Avergopulos n'y comptait pas. L'urgence de se retrouver seul dans un endroit neutre l'avait poussé à monter dans sa voiture et à rouler jusqu'à ce qu'il arrive à son spot préféré. Ici, personne ne viendrait l'emmerder. Son téléphone était en mode avion, son regard porté sur l'horizon il n'avait besoin de penser à rien d'autre que le vent doux qui giflait son visage, les yeux fermés. Il pousse long soupir et laisse enfin son esprit faire le vide, se vider de toutes les pensées toxiques et obsessionnelles qu'il avait en ce moment, de tout ce qui mettait à mal son équilibre psychique malgré ses efforts constants au cours des dernières années pour ne rien ressentir. La carapace commençait à fissurer et ses émotions sortaient par toutes les fentes et craquelures possibles. Avides de dégâts, pourvu qu'il soit bouleversé. Mission réussie. La vue du planétarium était vitale à ce stade. Et il commençait à caresser le Nirvana du bout des doigts lorsqu'il entendit le bruit d'une voiture au loin. Nikos ouvrit immédiatement la tête tourna la tête pour voir qui arrivait. Il savait que certains gangs pouvaient se retrouver ici à la nuit tombée pour s'adonner à la boisson et autres trucs pas forcément légal. La plupart du temps il laissait tranquille Nikos en allant plus loin mais lorsque la voiture arrive à sa hauteur, il reconnait tout de suite la voiture de Calypso. Elle l'avait appelé plusieurs fois et lui avait envoyé plusieurs messages au cours du dernier mois mais il n'en avait répondu à aucun. Il n'avait plus le cœur de faire de la musique, il avait le syndrome de la page blanche. Il la voit sortir de sa voiture et Nikos pousse un soupir, cette fois-ci de résignation, se doutant qu'il risque de se prendre quelques remontrances pour le silence radio qu'il lui avait imposé sans lui donner d'explications. Calypso était une des rares personnes avec qui il était capable de parler quotidiennement sans éprouver une sensation de lassitude étouffante ou l'envie de couper les ponts. Un vrai miracle en somme. Il l'avait évité jusqu'ici car il fuyait les explications à tout prix. Et pourtant elle était venue jusqu'à lui. Ironique, hein, comment la plupart des gens qu'il côtoyait le fuyaient comme la peste sauf elle ? Elle était sa constante là où elles déguerpissaient toutes. Une étoile dans la nuit noire.

_________________
❝ She cut too deep,
now she left me scarred ❞

Never caught a feelin' this hard, harder than the liquor I pour. Tell me you don't want me no more but I can't let go. Everybody told me so, feelin' like I sold my soul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
team coeur chocolaté
team coeur chocolaté
avatar

Messages : 15
Multicomptes : Nala João
Identité : niepotvin | écailles de lunes | alien babe | bleue amiante
Avatar : Kiersey Clemons
Crédits : beating heart

Points : 5
Âge : vingt trois années
Occupation : fleuriste | violoniste | peintre | photographe
Côté coeur : amoureuse de tout, le coeur qui s'envole.
Quartier : Night Falls

MessageSujet: Re: at least we're under the same stars (calypso)   Ven 2 Fév - 17:19



under the same stars
nikos & calypso

-- -- -- -- -- -- -- -- --

ça faisait un moment déjà, que t'attendais qu'il te répondes, donnes un signe de vie. toi qui n'aimais pas particulièrement les bars, t'avais été jusqu'au roaring lion pour lui, pour le voir, être certaine qu'il allait bien. mais il n'y était pas et son appartement semblait aussi vide que ta messagerie restée sans réponse depuis maintenant des semaines. tu ne lui en voulait pas, t'en étais bien incapable. mais t'avais un mauvais pressentiment, comme si quelque chose n'allait pas, une étoile à la mauvaise place. t'es remontée dans ta voiture, sans destination en particulier. les lumières des autres automobiliste te laissent une impression comète avec leurs lumières figées avançant sans s'arrêter sauf peut-être à feu rouge. tu roules dans crescent high sans trajectoire jusqu'à ce que tu comprennes qu'en fait, t'es justement au bon endroit. la forme de la battisse servant de planétarium à la ville se détache du ciel étoilé, et tu comprends, tu sais qu'il sera là.  

sa silhouette se dessine doucement comme tu stationne ta voiture près de l'observatoire, bouteille à la main, il semble perdu même dans l'obscurité, et ça te fais mal, de le voir comme ça, sans rien avoir pu faire pour l'aider parce qu'il ne voulait pas d'aide, si non il aurait répondu aux messages, aux appels, tu t'étais sentie comme ces filles qui n'arrivent pas à passer à autre chose, mais la vérité c'est que t'es bien incapable de laisser tomber, amoureuse des causes perdues d'avance. mais nikos n'en était pas une, c'était pour toi les mélodies mélangées, nikos.

tu prends ton temps, pour sortir de la voiture, détacher la ceinture de sécurité, ranger les clés dans ton sac après les avoirs retirer du contact, profiter un peu du contact froid du métal sur ta peau chocolatée. tu lance un dernier regard au violon sur le siège passager et tu décides que c'est pas le moment, qu'il patientera là le temps d'une nuit, puis tu sors, ouvre la portière et la referme sans même prendre le temps de verrouiller derrière toi. tu vois à son expression qu'il attends tes remontrances, mais t'en as aucune. un sourire innocent se fraie un chemin sur tes lèvres rougies par le vent frais qui vient caresser ton visage dans la nuit et tu t'approches de lui jusqu'à ce que t'es bras l'entourent complètement, sans rien dire, tu le serres doucement, comme si t'avais peur de briser son corps alcoolisé aux odeurs volatiles de jack. il sent le néant, ce soir. alors tu te détache du corps de l'être lumière devenu sombre l'instant d'une nuit, ou de plusieurs, tu sais pas trop.

- tu m'as manquée.

t'essaie de cacher l'émotion qui te saisis les cordes vocales comme il gratte celles de sa guitare. mais t'as jamais été très douée dans le domaine. t'es émotive et fragile comme une fleur en hiver, et il le sait. tu l'observe un moment avant de tourner ton visage vers le ciel d'encre noire emplit de boule lumières constellations. c'est beau, le ciel, ça t'as toujours fascinée, et ton sourire revient se loger sur ton visage, comme celui d'une enfant qui croit encore aux princesses et aux dragons.

- t'as essayer de devenir fantôme ?

le ton de ta voix reste doux, comme des nuages glissant dans les cieux, sans jugement aucun, sans mécontentement de ta part. juste cette pointe d'inquiétude qui fais frissonner ton épiderme camouflée par ton manteau trop voyant dans la nuit de par ses colorations enfantines. mais tu reste calme, pour lui, parce qu'il a pas besoin de se faire engueuler, parce que lui hurler au visage ne servirait à rien.

deux corps perdus dans la nuit sous les étoiles, une femme enfant et un homme un peu perdu. tu te surprends à promettre aux étoiles de prendre soins de lui, d'éloigner les ombres qui éteignent sa lumière petit à petit. il le sait peut-être pas, mais tu tiens à lui, pas seulement à sa musique, aux notes dansantes entre vous. il a bien essayer pourtant, de t'éloigner, mais tu ne t'éloignes jamais très longtemps, tu reviendras à la charge demain, et le jour suivant s'il continue de te donner des silences radio de la sortes. t'abandonnera pas là où les autres ont tout laisser tomber, jamais.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
team pomme d'amour
team pomme d'amour
avatar



Now there's so many thoughts goin' through my brain,
And now I'm takin' these shots like it's Novocaine

Messages : 148
Identité : spurry
Avatar : gregg sulkin
Crédits : twister

Points : 246
Âge : 24
Occupation : co-owner of the roaring lion since his mom's death
Côté coeur : Please raise your hand if you have ever felt personally victimised by Gemma de Salm.
Quartier : the one where broken souls go and lie under the lost stars

MessageSujet: Re: at least we're under the same stars (calypso)   Dim 4 Fév - 20:25

Douce comme un chocolat chaud en plein hiver, Calypso vient le rejoindre dans sa contemplation de Crescent Heights enneigés à pas de velours. Avec toute la grâce qu'on lui connait, dans le respect d'un silence vital. La vallée d'un blanc immaculé s'étale à leurs pieds avant d'être interrompue par la ville, donnant cette impression de paix conjuguée par la vitesse urbaine des phares qui percent l'encre de la nuit. Elle ne lui inflige pas tout de suite la parole, et quand elle le fait c'est avec toute la tendresse qu'il lui connait. Elle arrive à lui arracher un sourire, le premier depuis un moment. Leur lien est spécial, de ce qui se créé en dehors de l'espace temps du commun des mortels. Un lien pure, uniquement fondé sur ce qui était de plus cher à leurs coeurs et à leurs yeux : la musique. Lorsqu'ils avaient commencé à parler, Nikos n'avait même pas de photos de profil sur le célèbre réseau social bleu, et il n'avait pas fait attention à la sienne. Leurs conversations ne tournaient qu'autour de la musique, de ce qu'ils faisaient une fois leurs doigts au dessus de cordes ou d'un clavier. Puis les mots avaient déviés, Nikos s'était brièvement confié sur la mort de sa mère, ses difficultés à ressentir quoique ce soit depuis à part lorsqu'il s'agissait de musique. Il lui avait fait part de ses craintes par rapport à la gérance du bar, ses rêves de partir à Los Angeles pour faire de la musique et se barrer loin de se trou pourri. Nikos qui pourtant détestait la technologie s'était rendu compte qu'il était plus facile de créer un lien avec quelqu'un qu'il n'avait jamais vu plutôt avec qu'avec quelqu'un qu'il voyait tous les jours. Jour après jour, il avait l'impression de partager une part de lui sans toutes les craintes que ça aurait signifié dans une situation physique normale. Les choses s'étaient faites naturellement, la correspondance avait duré huit mois et c'était le temps qu'ils leur avait fallu pour se rendre compte qu'ils vivaient dans la même ville grâce à des amis en communs sur Facebook. La coïncidence était incroyable et ils avaient du mal à y croire avant de se rendre compte qu'ils s'étaient sans doute croisé des dizaines de fois sans savoir qui ils étaient. Difficile de ne pas voir ça comme un signe du ciel. Nikos avait annulé dix fois leur première rencontre avant que Calypso ne lui laisse pas le choix en débarquant au Roaring Lion. Nikos ne lui avait jamais dis mais il lui en avait été reconnaissant. Après quoi ils avaient gardé ce lien étrange, sans étiquette mais qui lui faisait un bien fou. 

La plupart du temps, Nikos ne se sentait pas à sa place avec les autres. Il se sentait en total décalage, il ne savait pas faire la conversation et savait encore moins comment réagir ou quoi dire quand quelqu'un de lambda interagissait avec lui. Il était plus à l'aise dans le silence que dans un flot continuel de mot qui avait pour seul but de combler le vide. Et pourtant avec Calypso les choses paraissaient plus évidentes, comme si avec elle il n'avait pas besoin de se protéger ou de faire semblant. Il prit une autre gorgée de Jack lorsqu'elle lui demanda si il avait tenté de devenir un fantôme. J'aurais bien aimé.... Il lui adressa un petit sourire triste, avant de s'essuyer la bouche du revers de la main. Le Jack le réconfortait un peu trop facilement, sa consommation avait augmenté malgré lui. Il sait qu'il doit s'excuser pour son silence radio, Calypso ne méritait pas qu'il l'ignore comme il l'avait fait. Désolé de pas t'avoir donné trop de nouvelles, c'était compliqué ces derniers temps. Mais je suis content que tu sois là. C'est comme si il avait pas perdu l'habitude d'avoir des conversations normales, pas des joutes verbales interminables. Avec Calypso, il n'avait pas besoin de réfléchir à chacun de ses mots ou de ses gestes, il n'avait pas besoin de calculer sans cesse les conséquences par rapport à une situation donnée. Tu vas bien ? Lui qui n'était pourtant pas friand de contact, bien au contraire, passa un bras autour de ses épaules pour l'attirer contre lui, la serrant brièvement contre son torse pour la saluer, maintenant qu'il savait qu'elle n'allait pas l'invectiver sur le silence qu'il lui avait infligé.

_________________
❝ She cut too deep,
now she left me scarred ❞

Never caught a feelin' this hard, harder than the liquor I pour. Tell me you don't want me no more but I can't let go. Everybody told me so, feelin' like I sold my soul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
team coeur chocolaté
team coeur chocolaté
avatar

Messages : 15
Multicomptes : Nala João
Identité : niepotvin | écailles de lunes | alien babe | bleue amiante
Avatar : Kiersey Clemons
Crédits : beating heart

Points : 5
Âge : vingt trois années
Occupation : fleuriste | violoniste | peintre | photographe
Côté coeur : amoureuse de tout, le coeur qui s'envole.
Quartier : Night Falls

MessageSujet: Re: at least we're under the same stars (calypso)   Ven 9 Fév - 17:52



under the same stars
nikos & calypso

-- -- -- -- -- -- -- -- --

ton regards profite un instant de la beauté des paysages enneigés qui s'offrent à vous, tu t'enivre de chaque boule de lumière reflétant sur le blanc nacré de la neige, de chaque flocon dégringolant du ciel sombre étoilé, ça te rappelle vos mélodies, vos fous rires quand vous étiez dans votre monde, la beauté cachée derrière les notes de musique, l'amour étrange qui s'envole de vos instrument quand vous jouez ensemble, quel que soit l'endroit ou le moment.

- ce n'est rien, je comprends.

c'était pas complètement vrai, tu comprenais pas, non. t'aurais voulue être là pour lui, lui arracher ses douleurs, les enfermées dans une boite et y mettre le feu, mais ont ne voyait ça que dans les films de science fiction que tu n'aimes même pas. t'aimes pas mentir, mais quand il te demande comment tu vas, ça bloque dans ta gorge, alors tu te contentes de lui sourire avec ta douceur habituelle.

- je vais bien, ne t'en fais pas.

son bras qui passe autours de tes épaules te fais regretter ton léger mensonge, tu voulais pas lui dire que t'étais inquiète pour lui, tu voulais pas en rajouter sur ses épaules déjà trop lourdes pour un seul homme. tu laisse ta tête se poser sur son torse, pour profiter un peu de la chaleur de ses bras, comme étreindre le feu qu'on regarde consumer lentement le bois dans la cheminée. tu t'écartes un peu pour lui laisser son espace, tu laisses le froid reprendre ses frissons sur ta peau foncée, mais tu gardes sa main libre dans la tienne, comme si c'était ta façon de le soutenir, d'être un phare dans sa nuit trop sombre pour sa lumière normalement aveuglante. tu voudrais qu'il te parle, mais tu vois bien qu'il ne vas pas bien, qu'il n'a surement pas envie d'en parler encore, c'est surement familial, comme ça l'est souvent. alors tu laisse ta curiosité maladive de côté pour l'épier du coin de l'oeil. une gorgée passe, puis tu tends lentement la main, d'un mouvement un peu incertain avant de te saisir de la bouteille déjà bien commencée. t'as jamais vraiment aimé l'alcool, l'engourdissement des sens qui l'accompagne souvent. mais tu voulais pas le laisser boire les problèmes seul, alors t'envoie la tête vers l'arrière et tu prends un grande gorgée, t'aurais pu en prendre une toute petite, pour faire bonne figure même si ça n'avait jamais été nécessaire avec nikos. mais t'avais envie de comprendre comme il se sentait, et quoi de mieux que de suivre les pas de l'être se tenant près de toi.

- ça pique un peu. tu fais comment, pour en boire autant ?

ton rire enfantin qui se mélange à tes mots aurait surement égailler la nuit de n'importe qui, mais comme chaque fois, ça t'échappait. comme si t'avais l'incapacité à réaliser ton côté enfantin, ton côté douceur. t'espère quand même que ça suffiras à le faire sourire, que ton humour pourra l'aider, à défaut d'être capable de faire comprendre à son père ce qu'il fait à son fils. c'est inconcevable, pour toi. qu'un père se conduise ainsi, t'as pas vraiment eu le temps de bien connaître le tiens, mais t'aurais aimer avoir un lien avec lui, pas comme celui qui existe entre nikos et son géniteur. t'aimerais pouvoir changer les choses, mais tu peux pas. alors tu reprends une gorgée, plus petite cette fois, avant de redonner la bouteille à son propriétaire. la brûlure dans ta gorge se fais moins prononcée cette fois, et tu décides que ce sera ton débit de gorgée pour la soirée. parce que tu comptes pas t'en aller ce soir, tu comptes pas rentrer chez toi, tu restes avec nikos. tu l'avais décider avant même de l'avoir trouvé. parce que t'avais peur qu'il se noie au fond de sa bouteille, parce que t'étais bien incapable de laisser la souffrance s'emparer de lui, de le laisser se battre tout seul. t'as rien d'une guerrière. mais ont t'avais bien comparée à un ange une fois, les anges, ça fait du bien, ça panse les maux. alors tu serais son ange ce soir, comme il a souvent été le tiens.  




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
team pomme d'amour
team pomme d'amour
avatar



Now there's so many thoughts goin' through my brain,
And now I'm takin' these shots like it's Novocaine

Messages : 148
Identité : spurry
Avatar : gregg sulkin
Crédits : twister

Points : 246
Âge : 24
Occupation : co-owner of the roaring lion since his mom's death
Côté coeur : Please raise your hand if you have ever felt personally victimised by Gemma de Salm.
Quartier : the one where broken souls go and lie under the lost stars

MessageSujet: Re: at least we're under the same stars (calypso)   Sam 10 Fév - 13:06

Endoloris par les événements de ces derniers jours, Nikos était venu chercher le calme là où il le pouvait. Là, devant Crescent Heights enneigés il pouvait enfin mettre son cerveau en off. C'était du moins son attention première, finalement les pensées parasites revenaient toujours, il les chassait à grande rasade de Jack, épongeant son mal de coeur. En vain. Parce que oui, c'était ça, une peine de coeur. Une putain de peine des coeurs. La première. Mais pas des moindres. Il avait ce poids constant sur la poitrine, un poids énorme qui l'empêchait de respirer normalement. Il aurait jamais pensé ressentir un truc aussi fort un jour et pourtant c'est bien là en train de lui ronger la poitrine et ses nuits. C'était seulement censé être une réponse à des pulsions, à un truc à quoi se raccrocher pour se tenir chaud la nuit. Au début, il ne pensait pas à elle quand elle était hors de son champ de vision, son visage ne traversait pas ses pensées de manière inopinée en plein service ou au moment de s'endormir. Il n'attendait pas ses textos, elle ne lui faisait pas encore l'effet de l'engourdir totalement à chaque fois qu'elle croise son regard. Avant. Maintenant, il pense à elle 900 fois par jour, il tente de repousser la vision de son visage, le son de sa voix mais tous les souvenirs le harcèle, sans répit. Elle a réussi à ne jamais pouvoir se faire oublier même quand il avait désespérément besoin qu'elle disparaisse de sa vie. Elle se mettait toujours en travers. Ils finissaient toujours par se croiser. Son coeur lui fait mal, il est entré dans une dimension inexplorée. Il se sent plongé dans les contrées lointaines, dont il ne soupçonnait même pas l'existence avant qu'elle ne rentre dans sa vie. Il n'arrivait pas à mettre le doigt dessus mais le fait est qu'il était incapable de débrancher son cerveau. Dieu merci l'alcool était là pour l'aider. Et Calypso aussi à présent. Elle lui dit qu'elle va bien, et il hoche la tête. Au moins un sur deux. Il supporterait pas une seconde qu'elle ressente un quart de ce qu'il ressent en ce moment. Cette foutue plaie béante qui commence par G. C'est l'essentiel. Elle tend la main pour prendre sa bouteille et il hésite un moment avant de lui tendre. Sa grimace lui arrache un rire, ses fossette se creusent et pendant un instant la lueur triste laisse place à l'amusement avant que son visage ne s'assombrisse à nouveau. L'habitude. Il savait qu'il buvait trop, surtout en ce moment. Il en était arrivé à un stade où l'alcool ne lui brûlait même plus la gorge, il buvait ça comme d'autres buvait un coca et c'était putain de pathétique, en y pensant. C'était dangereux, il le savait, mais c'était le seul truc qui le calmait ses temps-ci. A défaut de profiter de sa peau. Il peine à reconnecter avec le monde réel. Il pousse un soupir, hésite un moment, parce qu'en parler ça serait rendre tout ça réel mais il n'a pas besoin de se cacher ou de se protéger de Calypso. Elle fait partie des rares personnes en qui il a parfaitement confiance. J'ai... Il cherche ses mots. Parce qu'il a l'impression de vivre un truc surnaturel mais qu'avec les mots du commun des mortels ça risque de sonner affreusement banal. Et même si elle méritait pas qu'il tente de préserver ça, il n'avait pas envie d'abimer ce qu'il vivait. J'ai entamé une sorte de liaison avec la meilleure amie de ma meilleure amie. J'sais pas si tu me suis... Dans sa tête c'est déjà flou alors pour l'expliquer... Mais il lui devait bien. Elle l'avait appelé, l'avait texté et il lui avait infligé un silence insupportable. Maintenant qu'elle avait fait le chemin jusqu'à lui, il pouvait bien lui expliquer la raison d'être de sa bouteille de Jack et de sa caisse à côté du planétarium.  A la base, c'était je suppose ce qui correspond à un plan cul comme ils disent. Sauf qu'un soir elle a pété les plombs, elle m'a viré de chez elle comme une merde. Y'a un truc qui s'est passé, qui s'est cassé... On s'est recroisé par hasard dans une soirée, et elle était avec un autre mec. Et c'est con, ça m'était jamais arrivé mais ça m'a un peu dérangé de la voir avec un autre. Un peu était un putain d'euphémisme, ça lui avait retourné les tripes. Son histoire est d'une banalité affligeante, il avait déjà entendu 1000x des histoires de ce genre au comptoir du Roaring Lion mais la douleur était un concept abstrait jusqu'à ce qu'on l'expérimente par nous-même. Nikos ne s'attendait pas vraiment à un conseil, il voyait mal comment la situation pouvait changer juste grâce à quelques mots bien orientés. Aucune chance. Fallait la connaître pour comprendre à quel point la situation était inextricable. Il avait joué, il s'était fait avoir. Il avait cru qu'il allait gérer ça comme d'habitude, sans sentiment ni ressentis. Faute avouée, à moitié pardonnée, il parait.

_________________
❝ She cut too deep,
now she left me scarred ❞

Never caught a feelin' this hard, harder than the liquor I pour. Tell me you don't want me no more but I can't let go. Everybody told me so, feelin' like I sold my soul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: at least we're under the same stars (calypso)   

Revenir en haut Aller en bas
 
at least we're under the same stars (calypso)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sous les étoiles. :: CRESCENT HEIGHTS :: harbor springs :: Planétarium-
Sauter vers: