FERMETURE DU FORUM

Partagez | 
 

 reed ) the angry river.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: reed ) the angry river.   Mar 7 Aoû - 15:54


ASHES TO ASHES.
Il opte finalement pour deux bouteilles d'eau. Une qu'il balance à Reed et l'autre qu'il garde entre ses doigts. Ryker aime boire seul ou accompagné mais pas qu'on le regarde. Ici s'arrête sa beuverie du soir qui lui donne la sensation de pouvoir y faire quelque chose. Autant retrouver un semblant de dignité. Dans le ton qu'emploie le flic, le brun se rend compte du sujet glissant dans lequel il vient de tomber et hausse les épaules en ouvrant sa bouteille. Tu sais c'qu'on dit ... Le monde a besoin d'hommes mauvais pour tenir à distance les autres hommes mauvais. Pour avoir été dans le métier de longues années et continuer à bosser au coeur de la bestialité humaine, il sait que les hommes sont sans cesse partagés entre deux facettes qui ne s'assemblent pas : celle du protecteur et celle du prédateur ; la ligne est minuscule. Un fil sur lequel chacun marche. Lui est tombé depuis bien longtemps du côté des prédateurs mais il sent en Reed ce besoin de protéger, d'être encore suffisamment fort pour tenir à carreaux ceux qui foutent le bordel. Pourtant, c'est aussi sa violence, évidente dans sa façon d'être qui le fait devenir cette bestiole qu'il faudrait craindre. Les mots de Ryker sont là uniquement pour réconcilier le conflit interne de Taylor. Tuer un homme parce qu'il a été mauvais, devenir à son tour un prédateur sans pour autant perdre cet effet de sécurité dans ses actes. Diaz soupire, déglutit lentement avant de se rendre dans son salon et s'écraser sur son vieux canapé. Ici, rien n'a le visage de son ancienne maison, pas de beaux meubles, seulement de la récup, un peu de poussières et de souvenirs qui ne lui appartiennent pas. Le maton se complaît dans cette double identité.

Ses pupilles suivent les mouvements de Reed qui vient finalement le rejoindre. La main du plus vieux se pose instinctivement sur la nuque du blond pour la masser, geste amical qui tente d'apaiser les tensions. Allez c'est bon, on arrête de parler job, parents et ex-femme. Qu'ils aillent se faire foutre avec le reste. Il a bien assez le temps d'y penser lorsqu'il est entre les couloirs de la taule dans son uniforme sombre et qu'il entend les cris des prisonniers les insulter lui et les autres. Sa main se déloge de sa nuque pour la récupérer mollement alors qu'il attrape une télécommande pour mettre en marche un cd de Cash qu'ils ont déjà usé jusqu'à la moelle avec le reste de la meute. Ryker baisse le volume pour éviter de se retrouver avec ses voisins sur le dos. Si tu veux être rassuré par contre et te dire qu'il y a toujours pire que soi. Diaz marque une pause, loin de tous ces filtres si bien montés qui font de la virilité de l'homme une trace divine de leur personnalité. Son doigt fend doucement l'air alors que son pied tape délicatement par terre tandis qu'il lâche en rythme quelques paroles de the man comes around, l'alcoolo reprend. Ça fait des mois que j'ai pas su la lever. ça t'est déjà arrivé ? Non parce qu'au début je trouvais ça normal une panne mais ça commence à devenir inquiétant. A moins que ce soit la picole mais je bois pas tant que ça. La mauvaise foi qui se mêle au reste pour ne pas trop blesser son ego, se rassurer un peu aussi. Il est pas du genre à parler de ses problèmes de tuyauterie en général mais ce soir, il ose. Faut dire que ça l'inquiète réellement mais qu'il est trop con pour aller chez le médecin. Puis il voudrait pas avoir à avouer ses penchants pour la bibine et perdre son job. Il arrêtera bientôt, il le sait, il le dit tout le temps. Le plus dur c'est de s'y mettre. A moins que ce ne soit déjà trop tard.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: reed ) the angry river.   Dim 12 Aoû - 13:07

the angry river
@Ryker Diaz & Reed Taylor


La course de la bouteille s'arrête au creux de ta main brandie soudainement pour l'intercepter en plein vol et le crissement du plastique entre tes doigts accompagne la réflexion de Ryker sur la place occupée par les hommes mauvais dans le monde. Toujours aussi songeur, tu bois une gorgée en silence et finis par le rejoindre sur le canapé. Le moment serait- peut-être bien choisis pour lui faire part de tes doutes et de cette espèce de haine que tu as envers toi-même de ressembler autant à ton père, mais Diaz t'épargne l'aveu à grand renfort de Johnny Cash et de changement de sujet. Famille, emploi, souvenirs personnelles ... il t'apparaît soudainement que Ryker et toi êtes deux terrains minés sur lesquels mieux vaut s'abstenir de marcher pour éviter les explosions. L'échange d'empoignades dans la voiture ainsi que le taux d'alcoolémie de ton hôte en sont la preuve. Un poil résigné par ce constat, tu acceptes la présence de sa main sur ta nuque et lui répond en trinquant. Ta bouteille rencontre mollement la sienne en signe d'acceptation. Il a raison. Se ronger la tête avec ce genre de sujets en cet instant n'est pas la manière la plus agréable pour lui de profiter de son ivresse et pour toi de profiter de ta pause. Ce que tu ne vois pas venir, en revanche, c'est le coup de la panne qui tombe comme entre vous comme un cheveux sur la soupe. Loyal, tu ne montres aucun signe d'amusement, qui lui laisserait supposer que tu te fous de sa gueule. Ton visage est l'expression même de l'impassibilité. Il y a des sujets avec lesquels on ne rigole pas, encore moins lorsqu'il s'agit d'une confidence faite par un pote. Puisque tu es un homme d'action en plus d'être flic, c'est tout naturellement que ta réponse se transforme en étude visant à régler le problème le plus efficacement possible. Tu n'aimerais pas être à sa place, c'est pourquoi tu prends le problème au sérieux, comme s'il était le tien : T'as essayé avec une autre nana ? Le coup d'oeil silencieux que tu lui jettes parle à ta place. Par " une autre nana " tu entends surtout " une autre que son ex ". Par ailleurs, s'il pense encore à elle lorsqu'il ramène une conquête chez lui ou qu'il s'invite dans les draps d'une autre, pas étonnant qu'il peine à la raidir. Il semble y avoir trop de rancœurs entre Ryker et son passé pour qu'une passerelle aussi chargée en symbolique que l'image de son ex ne soit pas quelques chose de contre-productif à son excitation. Malgré ces sombres pensées, tu ne te montres pas sauvage au point de les verbaliser. Diaz y a sûrement déjà pensé avant toi, tu lui fais confiance pour lire entre les lignes de ta diplomatie improvisée et préfères l'aider à ménager son ego en lui avouant une part de ton expérience personnelle :

- Ca m'est arrivé, récemment. Penser aux mains de ce type sur Harris après la séance de tire dans l'entrepôt t'avait tellement agacé que ce début d'érection stimulé par le comportement d'une victime de cambriolage chez laquelle tu étais venu inspecter les lieux s'est terminé en recadrage sévère de ta part. L'envie de te faire cette desperate whousewife n'a pas survécu à l'image de Harris sur la banquette arrière de la bagnole de son larbin. Je pensais pas à l'instant présent. Je me suis laisser distraire par mes pensées ... Les pensées. Ce truc qui ne sert à rien quand on couche.

T'installant plus confortablement dans le canapé, tu bois une nouvelle gorgée en regardant Ryker. Faut se concentrer sur la pulsion. Céder à l'envie sauvage d'arracher des culottes et des gémissements sans se poser de questions ni se mettre de pression en se disant qu'on n'a pas le droit de merder à nouveau. Pour ta part, en tout cas, ça a marché et tout est rentré dans l'ordre aussi vite que ça s'était déréglé. Quoique ... Te voilà dans le doute. Si l'on considère que la pulsion de la rédemption - celle t'ayant permis de rattraper cette panne - a été causée par la même gamine à l'origine du problème, peut-on vraiment parler d'affaire classée ? Sourcils froncés, tu entends les échos de la voix de Ryker dans la voiture, lorsqu'il te disait de te méfier des femmes. Peut-être ne t'es-tu pas suffisamment méfié de Harris et de ses pouvoirs de sirène ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: reed ) the angry river.   Jeu 16 Aoû - 17:12


ASHES TO ASHES.
Ce doit être justement parce qu'ils se connaissent si peu que Ryker parvient à cracher le morceau. Il est pas du genre à s'attarder là-dessus, aucun des gars de la meute ne sait que son slip est un désert sans fin, que Neph l'a ruiné, bouffé jusqu'à la moelle et qu'il ne reste de lui que des os à mâcher.
Il ne dit rien mais sent naître en lui un profond respect pour Reed qui survivra au delà de l'ivresse. Diaz le remercie silencieusement de ne pas se foutre de lui, d'accepter la discussion sans jouer les gamins de quinze ans. Pas besoin de mots pour décrire son sentiment de sécurité à cet instant, c'est un fluide qui les traverse et les mélange pour leur faire comprendre qu'ils sont en osmose et qu'ils n'ont rien à envier à l'autre. Pas de rapport de force comme dans la voiture ou lors de son arrestation devant le bar. Ici, le terrain n'est pas neutre mais Ryker met les choses à plat, place Taylor dans un coin spécial de sa tête et de sa vie en lui parlant de ses problèmes mécaniques. Ce n'est pas une conversation anodine de type saoul. Même bourré jusqu'à chacun de ses muscles, le brun sait avoir suffisamment de filtres pour savoir lorsqu'il doit l'ouvrir ou non. Là, il se sent suffisamment en confiance pour cracher quelques vérités. Il ne retient en rien leur testostérone qui s'entrechoque parfois pour préserver leur ego. Le flic sait qu'aussi proches que des hommes puissent le devenir, il y a aura toujours malgré eux cette force qui les montera l'un contre l'autre sans jamais atteindre de véritable haine.

Pour être honnête avec toi, pendant des années mon mariage n'a été que du contre plaqué. On restait ensemble en sachant que c'était foutu. Il soupire, avait promis de ne plus parler d'elle mais Neph est aujourd'hui l'unique source de ses problèmes tandis que quelques années plus tôt, cette femme là était aussi la raison de son bonheur, de sa place d'homme dans le monde et au sein de son foyer. Elle était son équilibre et c'est justement ce rôle dans la vie de Ryker qui fait qu'aujourd'hui il ne vaut plus grand chose. Bref, pas besoin de te faire un dessin, tu l'as deviné : j'avais une maîtresse. Une belle brune pour qui il aurait offert le monde alors qu'en réalité il y était attaché seulement parce qu'elle lui permettait de s'évader de cet univers gris du deuil. J'ai jamais pris autant mon pied qu'avec cette nana mais à partir du moment où j'ai divorcé, plus rien. Il soupire, s'imaginant encore parfois qu'une créature sortira de nulle part pour réveiller ses instincts les plus bas et les plus sombres. Dans ses rêves froids, Ryker s'imagine retrouver le plaisir de la chair auprès d'une sirène qui aurait cette capacité là de le rendre fou mais une fois éveillé, il n'y a que l'alcool pour lui faire perdre la tête.

J'ai préféré rester sur mes quelques échecs avec cette femme plutôt que passer mon temps à rassurer ma fierté. Le sexe, c'est qu'une question d'ego, au delà du plaisir j'veux dire. T'es jamais plus apaisé que lorsque tu sors d'une baise torride. Tu te sens puissant, détendu et tout en haut de la chaîne virile des mâles de ce monde. A nouveau, ses doigts caressent sa moustache, vieux toc développé lorsqu'il bossait encore pour les stup et qu'il commençait à s'impatienter après de longues heures d'interrogatoire pour faire cracher le morceau aux dégénérés qui lui faisaient face. Ça te vient d'où cette idée qui dit qu'on est mieux seul ? Ryker se doute d'une part de la réponse mais veut l'entendre à voix haute avec le timbre de Reed en sachant qu'il pense pertinemment le contraire. Pourtant, petit à petit, alors que le deuil de sa fille le dévore, Diaz se rend compte de l'égoïsme dont il a été capable tout ce temps : mettre au monde un enfant, jeter une âme dans un morceau de viande pour le forcer à vivre et finalement ne pas être en état de le protéger. Etre seul, ce n'est peut-être pas si mal mais plutôt logique étant donné que la société développée sur ce monde est foutue jusqu'à la moelle.
Johnny Cash les accompagne sans jamais rien perdre de son rythme, imperturbable.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: reed ) the angry river.   Sam 25 Aoû - 8:25

the angry river
@Ryker Diaz & Reed Taylor


Ryker qui parle de son mariage battant de l'aile avant même de prendre fin alimente tes réflexions concernant sa gamine disparue. Tu sais d'expérience que ce genre de drâme est bien souvent fatal aux familles. Pour l'avoir vu sur le terrain comme pour l'avoir vécu en tant que fils dont la mère s'est faite assassiner et dont le père est totalement sorti de piste suite à cette perte, tu imagines sans mal l'ambiance pesante et malsaine au sein de son foyer lorsque sa femme et lui se retrouvaient à manger à deux autour d'une table d'ordinaire dressée pour trois. Le fait qu'il se soit trouvé une maîtresse suite à ça te semble logique. Tu peux pas baiser à nouveau ta femme, la mère de ton gosse, après ce genre tragédie. C'est un peu glauque, quand on y pense. En outre, tu vois très bien ce dont il veut parler lorsqu'il développe son point de vue sur le sexe, l'ego et le sentiment de toute puissance qui en résulte. Peut-être que ce dernier est désormais aux abonnés absents parce que le dossier non classé de sa fille lui pèse sur la conscience ? Certaines contrariétés sont difficiles à chasser de l'esprit d'un homme, encore plus quand l'homme en question se sent impuissant dans la résolution d'une énigme aussi intimement lié à son développement personnel. C'est une des raisons pour lesquelles tu ne t'es jamais imaginé père. Quand une femme créée par ton propre sang voit le jour, comment veux-tu ne pas t'encombrer de son existence dans ta vie ? C'est trop de responsabilités, trop de risques également.

Soudain, une idée malsaine traverse ton esprit et tu te demandes si la disparition de son enfant ne serait pas liée à son job, comme celle de ta mère était une conséquence direct de celui de Dane Taylor. Quelque part, tu gardes l'intime conviction que le métier de flic est maudit et que seuls les damnés comme toi peuvent s'y risquer sans rien miser d'autre que leur existence solitaire. Non pas que la tienne ne te convienne pas, mais tu sais parfaitement ce que disent les ragots sur ton compte. Un vieux garçon, tel que t'as qualifié Diaz dans la voiture ; une brute sans coeur et sans attaches, seulement motivé par la violence, la justice et la liberté. Il y a probabmement du vrai dans tout ça mais aussi du faux que tu ne cherches pas à démentir. L'avis d'autrui, il y a bien longtemps qu'il t'indiffère.

Ténébreux, tu siflles la moitié de ta bouteille en réfléchissant longuement à sa dernière question. Les paroles de Johnny Cash et son timbre traînant donnent à tes songes une dimension encore plus sombre et déshillusionnée que d'habitude. Après le genre de confidence que Ryker vient de te faire, tu sais que tu peux l'ouvrir sans craindre qu'il ne te casse les couilles en essayant de te faire changer d'avis. Cette nuit, l'alcool et la solitude sont les moteurs de votre sincérité mutuelle. Fixant un point imaginaire sur le mur, la tête en appuie sur le rebord du canapé, tu laisses ta grande carcasse s'enfoncer d'avantage dans les coussins avant de répondre, perdu dans des souvenirs non plus de ton enfance dans la maison de famille mais au sein du foyer social de Chicago. Si t'as rien, on ne peut rien te prendre... A commencer par ce qu'il y a de plus cher au coeur d'un homme : sa famille. Un silence morose accompagne ton affirmation, preuve qu'elle ne fait pas ton bonheur, juste qu'elle te préserve de malheurs que tu espères ne jamais revivre. Et t'as rien à perdre non plus. Ni confiance en l'avenir, ni coeur au bord de l'explosion, ni santé mentale. Y'a qu'à regarder les montagnes qui traversent les âges en ne souffrant que de l'érosion. Comme elles, solide comme un roc, tu vieillis mais rien ne t'ébranles parce que tu veilles à ne pas prêter le flanc aux cancers affectifs. L'amour est un poison, pour toi comme pour elles. Elles, ces filles avec lesquelles tu couches et qui, pour la plupart, on bien compris qu'elles n'avaient rien à espérer de toi si ce n'est du cul, des clopes et, quand l'occasion se présente, un peu de vitesse sur ta moto. Harris te l'a parfaitement craché à la gueule la nuit derrière : il n'y a que ta bite qui compte. Tu pourrais t'en vexer mais estimes que c'est de bonne guerre. Après tout, tu t'obliges à ne rien attendre de plus d'elle que ce qu'elle prétend attendre de toi, même si ses comportements récents te rendent méfiant vis à vis de votre relation. Certaines femmes ont le dont pour ensorceler les hommes, ça tu le sais et digères plutôt mal de te sentir faible face à ses charmes mystiques. C'est peut-être pour cette raison que tu te sens finalement comme chez toi chez Ryker. Pas de gonzesse ; pas de problèmes. Il y a un réconfort évident à se retrouver entre mecs aux vies privées creusent et insipides. Le fait que la tienne soit un choix ne change rien à ta solidarité avec Ryker. D'ailleurs, tu lui colles une claque dans le dos, geste amical qui n'a besoin d'être accompagné d'aucun mot pour lui faire comprendre que malgré vos différence, il pourra toujours venir se livrer à toi s'il en ressent le besoin car, malgré tout, tu dois bien reconnaître que verbaliser un peu de ta noirceur te fait du bien, à toi aussi. Cela a au moins le mérite de te réaxer sur toi-même et tes principes qui battent de l'aile chaque fois que la nymphette vient s'empaler sur ta queue en te regardant avec ses grands yeux de biche.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: reed ) the angry river.   

Revenir en haut Aller en bas
 
reed ) the angry river.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sous les étoiles. :: CRESCENT HEIGHTS :: night falls :: Roaring Lion-
Sauter vers: